Voyage à San Sebastian : Le Maria Cristina #1

11.02.2016

Il y a quelques semaines, j’ai eu le plaisir (la chance même) d’être invitée découvrir la cooking class de l’hôtel Luxury Collection, Maria Cristina, à San Sebastian. Mais avant de vous raconter ce week-end gastronomique en compagnie de Mégane, Bouchra et Lauriane, il faut que je vous parle de cet hôtel absolument sublime.

L’établissement en lui-même est majestueux. Il trône dans le quartier historique de San Sebastian, proche de la baie et surplombe la rivière Urumea. L’intérieur est tout aussi grandiose. L’immense hauteur sous plafond accentuée par les brocards de soie aux fenêtres et des lustres somptueux donnent vraiment une atmosphère de grandeur. C’est vaste, on respire, j’adore.
L’hôtel est décoré d’un style Belle Epoque, le luxe est mesuré et élégant. Sur les murs du lobby on trouve des portraits datant du XIXème siècle et une galerie de magnifiques miroirs (je veux faire la même chose chez moi!).

Et puis, il y a cet escalier, ce gigantesque escalier. Le type d’escalier qui se descend avec une robe haute couture en mode ralenti, non ? Comme le Dry Bar, le bar de l’hôtel, tu as envie de t’y attabler avec une jolie robe noire et de tranquillement boire ton cocktail. Oui, je me fais mon cinéma. Ce n’est pas tous les jours que l’on passe un weekend dans un hôtel 5 étoiles. Et puis, cet hôtel a une belle histoire justement avec le cinéma. Nombreuses sont les stars qui y ont séjourné lors du Festival international du film de Saint-Sébastien. Et c’est aussi là que Bette Davis a fait sa dernière apparition publique avant de décéder. Une suite porte d’ailleurs son nom en son hommage.

Et la chambre parlons-en justement ! J’ai séjourné dans une suite avec terrasse. Comment vous dire ? Elle était… Waouh… Immense, belle, agréable. Avec une terrasse de dingue. J’ai eu de la chance d’avoir un super temps après un temps tout gris et de pouvoir en profiter un peu. Elle donnait sur la rivière et on pouvait voir au loin la plage de Zurriola.
Je suis tombée complètement amoureuse de ce gigantesque lit. J’ai voulu rentrer chez moi avec le matelas tellement il était moelleux. J’ai d’ailleurs appris que les matelas étaient fabriqués uniquement par l’hôtel. Ce lit était tellement grand que je m’y perdais dedans, je tenais à l’aise dans la largeur ^^
Première fois depuis la naissance de ma fille que je pouvais faire la grasse mat et devinez qui était réveillée à 8h du matin ?! La loose. Impossible de me rendormir. Du coup, j’en ai profité pour allez faire du sport : l’hôtel dispose d’une salle de fitness avec toutes les machines possibles !
Bref, le dimanche quand il a fallu quitter ce petit cocon, j’étais toute tristesse. On s’habitue vite au luxe. L’harmonie qui y règne, la gentillesse et la discrétion du personnel… Avant de partir, je me suis pris un petit bain. J’avais le soleil pile sur mon visage car ma salle de bain donnait aussi sur la terrasse. Ce kiffe.

Évidemment, je n’ai pas passé mon weekend enfermée dans ma chambre, j’ai beaucoup mangé et rigolé. Mais ça, je vous le raconterai dans un prochain billet !

Hotel Maria Cristina in San Sebastian Hotel Maria Cristina in San Sebastian - Lobby Hotel Maria Cristina in San Sebastian - Lobby Hotel Maria Cristina in San Sebastian - StairsHotel Maria Cristina in San Sebastian - Lobby Hotel Maria Cristina in San Sebastian -  Suite Hotel Maria Cristina in San Sebastian -  Suite Hotel Maria Cristina in San Sebastian -  Suite
Hotel Maria Cristina in San Sebastian -  Suite

Hotel Maria Cristina in San Sebastian

Hotel Maria Cristina in San Sebastian - Bathroom Hotel Maria Cristina in San Sebastian -  Suite Hotel Maria Cristina in San Sebastian - BreakfastHotel Maria Cristina in San Sebastian Hotel Maria Cristina in San Sebastian - Lobby Hotel Maria Cristina in San Sebastian - Dry Bar

Rendez-vous sur Hellocoton !

Les crêpes jolies jolies

02.02.2016

Aujourd’hui, c’est la chandeleur, alors j’ai fait des crêpes. En réalité, chez moi c’est souvent la chandeleur. Un papa breton ça donne souvent des crêpes et des galettes à la maison quand on est enfant et maintenant adulte. Le premier électroménager que j’ai acheté quand j’ai quitté le giron familial c’est ma crêpière Krampouz. Je ne pourrai pas vivre sans. 10 ans qu’elle me suit. Je maitrise la crêpe à mort !
Je n’ai pas de recette magique de crêpes, parfois je coupe avec un peu de maïzena, parfois avec de la bière ça dépend. Mais déjà, cuite dans une vraie crêpière, je trouve que le goût et la texture en est bien plus délicieuse.
Depuis quelques années, je les fais entièrement à la farine de petit épeautre et au lait de noisettes. Ce sont des crêpes de hipsters, mais elles ont un goût tout doux de noisettes, j’adore !

Et vous, vous allez manger des crêpes ce soir ? Team Krampouz ou team poêle ?

Crepes - Carnets Parisiens
Crepes - Carnets Parisiens
Crepes - Carnets Parisiens
Crepes - Carnets Parisiens
Crepes - Carnets Parisiens

Crêpes noisettes
Pour une dizaine de crêpes

50 cl de lait de noisette
250 g de farine de petit épeautre
4 oeufs
1 cuillère à soupe de sucre de coco
1 pincée de sel
Un peu d’huile neutre

NB : les proportions fonctionnent aussi très bien pour du lait, de la farine de blé, du sucre semoule

Versez dans un saladier et mixez au mixeur plongeant.
Laissez reposer une bonne heure (ou pas, elles seront un peu moins moelleuses).
Versez dans une poelle huilée bien chaude et laissez cuire 1 minute de chaque côté. Dégustez !

Rendez-vous sur Hellocoton !
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...