Pain maison et Pata Negra

16.06.2017

// Article sponsorisé par la marque //
Avec les beaux jours, les envies d’apéro reprennent. Et comment vous dire qu’ici, à la maison, nous somme plutôt des bons vivants de ce côté-là !
Je pense que c’est une habitude que j’ai gardé de mon enfance : chez mes parents on avait notre apéro sur la table basse du salon tous les samedis soirs ! C’est un peu fête pour moi, j’en garde de très bons souvenirs. Tellement que c’est une habitude que je n’ai pas perdu. Même toute seule chez moi, je me faisais des plateaux repas apéro le samedi soir. C’est toujours resté un soir de fête, hors de question de manger la même chose qu’en semaine, de manger sérieusement. Alors évidemment, la charcuterie figure en bonne position. La maison Labeyrie a sorti une nouvelle gamme de charcuterie Pata Negra. Le Pata Negra c’est un peu la rolls royce du jambon de pays. C’est un jambon 100% ibérique : les porcs proviennent des provinces de Cáceres et Badajoz, dans le Sud-Ouest de l’Espagne. Et ce weekend, je dégusterais bien de nouveau un des jambons de leur gamme : le jambon Pata Negra 24 mois d’affinage, le jambon Pata Negra 36 mois d’affinage et le Lomo Pata Negra.
A déguster avec une bonne miche de pain. Maison si possible. Quoi je pousse le bouchon ? Je fais ma maligne mais depuis même pas un mois, je me fais mon pain chaque dimanche soir. C’est devenu ma routine pour lutter contre le blues du dimanche soir. Généralement, j’en profite pour faire également des petits gâteaux ou des cookies. Chaque dimanche soir, une fois ma fille couchée, je cuisine mon petit pain et une douceur pour le lendemain. Une fois tout ça au four ou en train de pousser, je nettoie entièrement ma cuisine. Ainsi, j’ai l’impression de commencer ma semaine du bon pieds ! Il n’y a rien de plus désagréable de devoir ranger une cuisine avant de commencer un shooting ^^ Niveau pain, je suis pas encore au top de ma maitrise. Le levain ne fonctionne pas encore, ça ne lève pas ou pas bien. Alors pour le moment, je fais plutôt un poolish (sorte de levain express) même s’il donne une croute beaucoup trop fine à mon goût.

Home made bread - Carnets Parisiens

Pata negra - Carnets Parisiens

Homemade bread - Carnets Parisiens

Pata negra - Carnets Parisiens

Pata-negra---Carnets-Parisiens

Pain maison

Recette de Rodolphe Landemaine, Le grand manuel du boulanger

Pour le pain
Le poolish :
175 g de farine T65
175g d’eau à 20°C
1 g de levure de boulanger fraîche

La pâte
500 g de farine T65
325 g d’eau à 20-25°C
11 g de sel
1 g de levure de boulanger fraîche

Commencez par réaliser la poolish en diluant la levure émiettée dans l’eau. Ajoutez la farine et mélangez au fouet afin d’obtenir un mélange homogène.
Couvrez d’une film alimentaire et laissez reposer à température ambiante pendant environ 10h. La poolish est prête lorsqu’un sillon se forme en son centre car elle retombe.

Dans le bol du robot pétrisseur, mélangez la farine, l’eau, le sel, le levure émiettée et la poolish pendant une bonne dizaine de minutes à petite vitesse. Terminez de pétrir lorsque la pâte se décolle des parois de la cuve.
Déposez la pâte dans un grand saladier, recouvrez d’un film alimentaire et laisser pousser 1 heure. Au bout de 20 minutes, repliez vers le centre les quatre extrémités du pâton sur un plan de travail fariné. Retournez le pâton afin d’avoir les soudures en dessous et laisser pointer encore 20 minutes avant de faire un nouveau rabat de la même manière. Cela va permettre de relancer la fermentation.
Divisez la pâte en deux patons de 500 g et façonnez-les en boules. Déposez-les sur une plaque et laissez pousser la pâte pendant 45 minutes dans un endroit chaud (25-28°C : votre four qui a tourné à 40°C pendant quelques minutes auparavant par exemple).
Faites des entailles au couteau dans vos boules de pain.
Faites chauffer votre four à 220°C. Et faites cuire les pains pendant 20 à 25 minutes avec un petit bol d’eau.

Pour déguster la charcuterie, je vous conseille de simplement huiler vos tartines de pain, de les gratter avec une gousse d’ail et de les agrémenter de pignons de pin. Un délice !

Rendez-vous sur Hellocoton !

Un long weekend à Marrakech

01.06.2017

Voilà presque un mois que nous sommes partis un long weekend à Marrakech. Quand Kayak m’a proposé d’aller y faire des photos pour relayer sur Instagram, j’ai longtemps hésité. Déjà parce que j’étais terriblement déçue de mes photos de New York que je ne trouvais pas assez bien pour en faire un billet. Et aussi parce que j’allais y aller en famille et que partir à l’étranger pour la première fois avec ma fille pour un voyage pro, je n’étais pas certaines que ce soit une bonne idée !
Et puis, avec mon mec on a dealé qu’il s’occuperait de notre fille si je n’arrivais pas à prendre mes photos. Et si vous avez suivi mes aventures sur Instagram, vous avez pu constater à quel point je ne regrettais pas de m’être lancé.

C’était un voyage absolument génial ! Je ne vais pas vous sortir les violons et vous dire qu’avec ce voyage je me suis découverte mais un peu quand même. J’ai toujours eu le sentiment de ne pas être une aventurière, d’être plutôt peureuse. Alors pour moi, les voyages se résumaient jusqu’alors à de très grandes villes, similaires à Paris. Pas trop d’aventure ni de dépaysement en sommes. Je suis toujours restée bien au chaud dans ma zone de confort. Et puis quelques jours avant de partir, il y a eu un déclic. Ne me demandez pas comment exactement. C’était une succession de petites choses, le point de départ étant lors de la pièce de théâtre La Fabrique à kifs, le spectacle que donne Florence Servan Schreiber avec Audrey Akoun et Isabelle Pailleau. Je vous ai déjà si souvent parlé d’elle. Elle est à l’origine de mon changement de vie professionnelle. Et là, elle est encore à l’origine d’un changement en moi (inutile de vous dire à quel point je vénère cette femme !). D’ailleurs pour les parisiens, la prochaine représentation est le 6 juin, alors un conseil foncez ! Sinon il faudra attendre la rentrée ou vous rabattre sur le livre !

Bref, j’ai donc découvert que je n’étais pas nulle, pas si peureuse et que ça me faisait des papillons dans le ventre de voyager ailleurs, d’aller découvrir le monde. Et de le faire en famille, de partager ça avec mon mec et surtout ma fille. Je me demandais d’ailleurs comment elle allait être, si elle allait réussir à patienter à l’aéroport, si visiter l’intéresserait, si elle allait manger/dormir comme il faut… Et tout s’est passé nickel ! Bon à part pour manger et dormir où c’était du grand n’importe-quoi (elle n’a mangé que du pain et se couchait en même temps que nous chaque soir ! Mais bon c’était les vacances !). Même les turbulences de l’avion la faisaient marrer (alors qu’elle flippe pour des bruits de porte à la maison – aucune logique).

Du coup, inutile de vous dire à quel point il me tarde de repartir ! Je me suis mise en tête de faire un long road trip au Japon l’année prochaine. Mon mec n’est pas encore au courant, ni mon comptable, mais je suis obstinée ! Avant ça, la prochaine échéance de voyage c’est plutôt cet automne, peut-être enfin Copenhague !

Marrakech, la ville ocre

La première chose qui frappe à Marrakech c’est sa lumière. Elle est absolument incroyable. Enfin moi, elle m’a frappé. Marrakech, c’est 3 couleurs : l’ocre des façades, le bleu du ciel et le vert de la végétation. Et cela donne une atmosphère très particulière.

Trip Marrakech - Carnets Parisiens

Trip Marrakech - Carnets Parisiens

Trip Marrakech - Carnets Parisiens

Le Palais de la Bahia

C’est un palais du XIXème siècle de 8 hectares à l’architecture assez incroyable. Il sur trouve dans la Médina. Je vous conseille d’y aller à la première heure pour éviter les hordes de touristes (idem pour le Jardin Majorelle et la Medersa d’ailleurs).
Vous y rentrez par un joli petit parc et au fil des bâtiments, vous traverserez des patios et des jardins verdoyants d’orangers, de bananiers, de jasmin et d’hibiscus. L’endroit est très beau et l’art précis, incroyable.

Trip Marrakech Palais de la Bahia - Carnets Parisiens
Trip Marrakech Palais de la Bahia - Carnets Parisiens
Trip Marrakech Palais de la Bahia - Carnets Parisiens
Trip Marrakech Palais de la Bahia - Carnets Parisiens
Trip Marrakech Palais de la Bahia - Carnets Parisiens
Trip Marrakech Palais de la Bahia - Carnets Parisiens
Trip Marrakech Palais de la Bahia - Carnets Parisiens
Trip Marrakech Palais de la Bahia - Carnets Parisiens
Trip Marrakech Palais de la Bahia - Carnets Parisiens
Trip Marrakech Palais de la Bahia - Carnets Parisiens

Le Jardin Majorelle

C’est le jardin de l’artiste-peintre Jacques Majorelle qu’il a créé en 1931. On retrouve dans ce jardin botanique plus de 300 variétés rapportées du monde entier : cactus, yuccas, bougainvilliers, palmiers, bambous… En 1937, il repeint les murs de sa villa et de son atelier avec son célèbre bleu majorelle. Lorsqu’il meurt en 1962, le jardin est laissé à l’abandon, avant d’être racheté par Yves Saint-Laurent et Pierre Bergé le sauvant ainsi de la destruction.
Le jardin est plus petit que ce que j’avais imaginé, on a assez vite fait le tour (et ce d’autant plus quand il est blindé de touristes). Mais dès l’ouverture, il fait bon se balader et flâner. C’est un petit havre de paix et de verdure, bien appréciable lorsqu’il fait très chaud.

Trip Marrakech Jardin Majorelle - Carnets Parisiens
Trip Marrakech Jardin Majorelle - Carnets Parisiens
Trip Marrakech Jardin Majorelle - Carnets Parisiens
Trip Marrakech Jardin Majorelle - Carnets Parisiens
Trip Marrakech Jardin Majorelle - Carnets Parisiens
Trip Marrakech Jardin Majorelle - Carnets Parisiens
Trip Marrakech Jardin Majorelle - Carnets Parisiens
Trip Marrakech Jardin Majorelle - Carnets Parisiens
Trip Marrakech Jardin Majorelle - Carnets Parisiens
Trip Marrakech Jardin Majorelle - Carnets Parisiens
Trip Marrakech Jardin Majorelle - Carnets Parisiens

La Medersa ben Youssef

Cette ancienne école coranique construite au 16ème siècle pouvait accueillir jusqu’à 900 étudiants. Elle se trouve au coeur de la Médina. Comme le Palais de la Bahia, elle est très impressionnante. J’ai été émerveillée par la beauté de l’art arabo-andalou. Les murs de la cours intérière sont recouverts de zelliges et de lettres arabes caligraphiées. Les chambres des étudiants s’organisent autours de puits de lumière étayés par des linteaux de cèdre ciselé. Elles sont très petites, exiguës avec une seule toute petite fenêtre.

Trip Marrakech Medersa ben Youssef - Carnets Parisiens
Trip Marrakech Medersa ben Youssef - Carnets Parisiens
Trip Marrakech Medersa ben Youssef - Carnets Parisiens

Les souks

Au coeur de la Médina, se trouvent les souks. Ils sont répartis par thème : le souk des ferronniers, des épices, des tanneurs… Vous y trouverez souvent les mêmes boutiques, avec les mêmes produits bien ciblés pour les touristes et probablement made in China. Mais si vous poussez un peu, vous tomberez sur des échoppes un peu plus typiques avec des poteries artisanales, des épices… C’est un dédale de rues et de ruelles où il est très facile de s’y perdre. En réalité, vous ne serez jamais vraiment perdu car la place Jemaa El fna est très rapidement indiquée. Donc n’hésitez pas à explorer et vous enivrez des odeurs, des couleurs, des rayons de lumière… Si vous êtes frileux à la découverte, prenez un guide : il vous emmènera dans les recoins de ce labyrinthe.
Je m’attendais à être alpaguée de toute part dans les souks et finalement, pas du tout. Il n’y a que sur la place Jemaa el fna où là, ça m’a vraiment énervée car ça en devenait presque agressif (le gars qui met de force le jouet dans la main de ta fille de force alors que tu dis non, j’ai cru que j’allais devenir violente). Dans les souks, sachez qu’il est coutume de marchander : ne payez pas le premier prix que l’on vous propose, discutez. Par contre, sachez que les vendeurs ambulants qui vous font des cadeaux en vous baratinant, que ce n’est pas cadeau : ils vous demanderont de l’argent ensuite ^^ Marrakech c’est aussi lâcher prise par rapport aux arnaques aux touristes. Il parait qu’il y en a vraiment beaucoup moins depuis la création de la police touristique, mais dans les souks, on peut facilement avoir des variations de prix multipliés par 4 selon où l’on achète. S’il y a un truc que je déteste lorsque je voyage c’est de passer pour une touriste mais bon, au Maroc, avec ma blondeur et mon teint lavabo, je ne peux guère leurrer mon monde. J’ai donc rapidement lâché prise sur les prix, je sais bien que j’ai payé mes épices une blinde ^^

Trip Marrakech Souk - Carnets Parisiens
Trip Marrakech Souk - Carnets Parisiens
Trip Marrakech Souk - Carnets Parisiens
Trip Marrakech Souk - Carnets Parisiens
Trip Marrakech Souk - Carnets Parisiens
Trip Marrakech Souk - Carnets Parisiens

Marrakech, la ville ocre

Niveau resto, vous retrouverez tout le temps les mêmes adresses. Ce sont des restaurants à touristes, au demeurant très bons. Mais il faut savoir qu’au Maroc, le meilleur couscous ou tagine est à la maison alors pourquoi aller le manger au restaurant ! Si vous voulez, vous pouvez manger authentique dans les petites échoppes, mais notre système digestif n’est pas forcément hyper bien immunisé donc je vous le déconseille. Les prix des restaurant sont quand même assez chers : ce sont les prix parisiens. Cela monte facilement à 13/15€ le couscous par exemple.

// Nomad //
Le restaurant est sympathique avec une jolie vue sur les souks depuis les terrasses et les desserts très bons !
Au rez de chaussée, il y a une petite boutique de pièces artisanales très jolies.

Trip Marrakech Nomad - Carnets Parisiens
Trip Marrakech Nomad - Carnets Parisiens

// Atay Cafe food //
Gros coup de coeur pour cette adresse qu’on retrouve facilement car le rez de chaussée est ouvert. Il y a plusieurs terrasses, la nourriture est très bonne, assez traditionnelle et surtout les prix sont très raisonnables.
Trip Marrakech Atay cafe food - Carnets Parisiens
Trip Marrakech Atay cafe food - Carnets Parisiens
Trip Marrakech Atay cafe food - Carnets Parisiens

// La pâtisserie des Princes //
Il parait que c’est la meilleure pâtisserie de Marrakech et effectivement, c’est très très bon !

Trip Marrakech pastry - Carnets Parisiens

Côté pratique

J’ai utilisé l’appli Kayak pour choisir mon hôtel et prendre mes billets d’avion. Elle est assez pratique car elle regroupe toutes les infos au même endroit, vous envoie des sms pour vous dire si l’avion a du retard, la porte d’embarquement etc…
Nous sommes partis avec Royal Air Maroc et j’ai été assez fâchée par la qualité de leur prestation. Il y avait beaucoup d’enfants pour ce vol et rien n’a été fait pour faciliter les choses : par exemple, pas d’embarquement prioritaire. Et comme l’avion a eu du retard sur les deux vols, c’est assez relou de devoir faire la queue avec les enfants qui s’énervent et courent partout (relou pour tout le monde d’ailleurs, parents comme ceux qui devaient subir ça). Il n’y a eu aucune communication ni excuse sur les retards (on a quand même attendu 20/30 minutes dans une navette de bus en pleine chaleur avec beaucoup d’enfant et de bébé sans avoir d’info, ni d’excuse). Bref un service franchement nul alors que certaines compagnies low cost font bien mieux, elles.

=> Pour aller à l’aéroport, nous avons pris les taxis G7. Sur leur appli ou internet, on peut commander des vans avec un siège auto. Et le prix n’est pas si élevé (45€ en moyenne par trajet). De quoi commencer ou finir les vacances tranquillement !
Bon par contre, à Marrakech, les sièges auto, n’y pensez même pas !
Sachez que si vous avez un hébergement dans la médina, votre taxi ne pourra pas forcément vous déposer devant vu l’étroitesse des rues : il vous faudra surement marcher. Des porteurs avec leur carrioles pourront vous aider avec vos valises et vous déposeront à votre riad (à vos frais bien sûr).
Le moyen de transport le plus répandu à Marrakech, reste le taxi. Mettez-vous toujours d’accord sur le prix avant de monter.

=> Au Maroc, la monnaie est le dirham marocain, mais quasiment tout le monde accepte les euros. La conversion est assez simple : 10 dirhams équivaut à 93 centimes d’euro soit 1€. Mon conseil est de partir avec un peu d’euros et de retirer des dirhams là-bas. Vous trouverez plusieurs distributeurs de banque sur la place Jemaa el fna. Il y a également un guichet de change à l’aéroport mais il risque d’être pris d’assaut. Commencez par utiliser tous vos dirham pour finir avec les euros, cela vous évitera de devoir changer vos dirhams à l’aéroport (car on ne peut pas les changer en France).

=> Pour les français, vous n’avez pas besoin de visa mais il vous faudra forcément un passeport.

=> Il y a 1h de décalage horaire : quand il est 8h en France, il est 7h à Marrakech.

=> L’eau à Marrakech n’est pas bonne pour nos estomacs de français, voire parfois non potable. Buvez toujours de l’eau en bouteille, on en trouve très facilement.

L’hôtel

Nous avons séjourné aux Jardins de la Koutoubia. J’aurais aimé un beau riad traditionnel mais nous avons privilégié la piscine et surtout la facilité d’accès. L’hôtel est à même pas 5 minutes à pieds de la place Jemaa el fna. Il dispose d’une grande piscine au rez de chaussée et d’une petite en rooftop. Il a plusieurs restaurants qui nous ont permis de dîner sur place le soir (et de choper une belle tourista, comme quoi, les bactéries sont partout !).
Nous avons la chance d’être surclassés dans une mini suite. Le lit bébé était fait dès notre arrivée. Tout était parfait ! Sauf peut-être le service hyper long dans les restaurants (1h chaque soir pour être servi alors qu’il n’y avait quasi personne).

Trip Marrakech Jardins de la Koutoubia - Carnets Parisiens
Trip Marrakech Jardins de la Koutoubia - Carnets Parisiens
Trip Marrakech Jardins de la Koutoubia - Carnets Parisiens
Trip Marrakech Jardins de la Koutoubia - Carnets Parisiens
Trip Marrakech Jardins de la Koutoubia - Carnets Parisiens

Et avec un enfant de 2 ans ?

On est parti sans poussette, avec un porte-bébé de rando. Les rues ne sont pas très praticables pour la poussette, ni les restos d’ailleurs. Le matin, nous partions visiter, on déjeunait dans un restaurant puis on revenait à l’hôtel pour la sieste (enfin sieste étant un bien grand mot !). Après la sieste, on goûtait au bord de la piscine puis plouf. On repartait ensuite se promener dans les souks avant de revenir dîner à l’hôtel.
Autant ma fille était très curieuse des visites, autant la piscine s’est révélée essentielle pour qu’elle puisse avoir des moments de jeux. Le porte-bébé aussi était indispensable, elle pouvait nous suivre tranquillement et comme elle y était surélevée, c’était beaucoup plus confortable pour elle. Je regrette juste de ne pas avoir pris une petite écharpe d’appoint pour la porter pour qu’elle puisse dormir car dans le porte-bébé de rando, c’était impossible.
Niveau repas, elle mangeait comme nous en faisant bien attention évidemment.

Trip Marrakech Jardins de la Koutoubia - Carnets Parisiens

Rendez-vous sur Hellocoton !
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...