Archives du mot-clé stylisme culinaire

Cupcakes au chocolat et autres considérations photographiques

13.01.2013

A Noël, j’ai eu la chance qu’on m’offre le livre de Katie Quinn Davis du blog What Katie Ate. J’ai d’ailleurs l’impression que beaucoup de food blogueurs l’ont également découvert sous le sapin! Il faut bien dire que Katie est une personne extrêmement inspirante. Je la suis depuis ces débuts, je l’ai découvert révolutionner un peu le monde des food blogs avec ses photos hyper contrastées parfois sombres et dures alors que la mode était aux photos claires, mignonnes et colorées. Elle a sa patte bien à elle dans la retouche de ses photos? Mais déjà dans la façon d’organiser son ambiance, je trouve qu’elle a su imposer un style très fort. J’appelle ça le « cracra style » ^^ Il y a toujours pleins de miettes, de gouttes, d’épluchures, de restes sur ses photos. Il y a de la vie. Elle donne l’impression que quelqu’un vient de faire sa cuisine, a posé le plat sur la table ou sur le plan de travail et que la photo témoigne juste d’un instant dans la recette et pouf ensuite le plat disparait, servi ou mis à cuire au four. Bon alors bien entendu, en vrai, chaque miette, chaque goutte a été minutieusement pensée et déposée à un certain endroit et la prise de vue a duré plusieurs heures. On le sait bien. Néanmoins, elle sait donner l’illusion, comme si on s’était introduit dans la cuisine de quelqu’un. Et c’est vraiment ce que j’aime dans son travail, la vie qu’elle y met, l’histoire qu’elle y raconte. D’ailleurs dans son livre, elle a joué cette carte-là à fond (tellement à fond que je trouve qu’au bout d’un moment on a envie de prendre son éponge et de nettoyer tout ça ^^ Mais peut-être est-ce juste ma maniaquerie, vous me direz !). Du coup, pendant les vacances, j’ai eu envie de m’essayer à ce jeu, de rendre ma photo cracra, d’y mettre le bazar.

Alors j’ai réfléchi, beaucoup, au sujet que j’allais photographier. Je voulais travailler autours du chocolat : chocolat sur fond sombre ça me semblait être un combo intéressant. Et puis, j’avais envie de ressusciter Culinographie en rédigeant ce fameux article à propos de la prise de vue sur fond sombre (il est en cours ne vous inquiétez pas ! Culinographie fait partie de mes bonnes résolutions 2013 !), donc ça me semblait l’occasion parfaite. Je sais, j’ai été petite joueuse, j’ai choisi un sujet facile, un sujet mignon, un sujet qui suscite 3 fois sur 4 la gourmandise, je me suis laissée aller à la facilité : j’ai choisi les cupcakes. Bouuuh, oui honte sur moi, cela en est presque malhonnête. Il n’y a pas plus photogénique qu’un cupcake. Je sais.
Bon voilà, j’allais devoir sortir de ma zone de sécurité à salir mon set, j’allais pas non plus choisir un plat de viande ! Chaque chose en son temps, allons-y doucement ! J’ai donc essayé de faire comme si quelqu’un s’était glissé dans ma cuisine pendant que je préparais ces cupcakes au chocolat. J’ai donc sali, barbouillé de farine, nettoyé la farine, re-aspergé de farine, laissé tomber des gouttes de lait à l’aide d’un compte-goutte, lancé du sucre, laissé tomber des copeaux de chocolat. J’ai modifié l’emplacement et la forme de ma « tâche » de sucre à l’aide d’un pinceau, déplacé les copeaux de chocolat à l’aide d’une pince à épiler. J’ai pas mal galéré il faut le dire. Car j’aime pas cuisiner dans le bazar (en même temps dans une cuisine de 4m² tu peux pas te permettre ce luxe), je déteste quand mon plan de travail est sale alors salir mon set, c’était clairement contre-nature !

Quelques heures après et une petit tour dans la moulinette de lightroom, voici donc le résultat. Au final, je n’en suis pas satisfaite. Je trouve que c’est encore bien trop propret et tous mes petits mannequins ont un sourire trop crispé. Le résultat manque de naturel, c’est trop figé. J’avais fini la prise de vue par des photos classiques du produits (donc sans miettes et gouttes), je les ai mise dans cet article mais bof bof voilà. Elles n’ont aucun intérêt à mon sens.
Celle que j’aime bien en revanche, c’est celle des cupcakes en vue presque zénithale. C’est d’ailleurs pour ça que je l’ai mis bien en gros, haha ! Je saurais pas vous expliquer pourquoi mais c’est celle qui me satisfait le plus. Peut-être parce que c’est celle qui a le moins de props (désolée je trouve pas de traduction française pour désigner ces objets qui composent le stylisme), du coup on est plus focalisé sur le produit, il y a moins de détour (et donc moins de chance de se planter!).
En tout cas, j’ai beaucoup aimé tenter de nouvelles choses (2013 année de la sortie de ma zone de confort !) et essayer de reproduire de reproduire un style. C’est d’ailleurs un exercice beaucoup compliqué que ce que j’imaginais ! Mais c’est intéressant car cela permet d’approfondir certaines choses que l’on maitrise peu ou moins bien.

Bon, désolée pour ce pavé, j’espère que vous aurez réussi à le suivre jusqu’au bout ^^ Mais ça faisait longtemps que je n’avais pas parlé photographie culinaire par ici !
Et vous, quel serait votre challenge photographique pour 2013 ? Quelles sont les contrées photo que vous auriez envie d’explorer ? Les photographes et/ou stylistes qui vous inspirent et qui pourraient constituer un autre exercice de style ?

[Edit : Désolée, je ne mets pas la recette, d'un part parce que le propos de cet article c'est plus la photo que la cuisine et d'autre part, parce qu'entre nous franchement, ces cupcakes ils n'avaient rien d'exaltant ! De simples cupcakes au chocolat dont vous pourrez trouver la recette partout sur le web !]

Rendez-vous sur Hellocoton !

La délicate question de la légitimité : Culinographie et autres asperges

18.05.2011

S’il y a bien un sentiment qui rend souvent ma vie inconfortable, c’est le sentiment d’imposture. Je cherche encore à savoir où il a pu prendre naissance, probablement sur un psychisme un peu bringuebalant, peu sûr de lui. D’année en année, il s’est accroché sans grandir ni diminuer. Il est resté là, immobile et bien enraciné. Parfois, sentant qu’il n’a plus prise sur un domaine, il s’en va en chercher un autre où il pourra injecter tout le doute sur une éventuelle légitimité.
Il m’a fallu du temps par exemple avant de pouvoir parler simplement à mon chef de service sans avoir peur qu’il se rende compte que je ne correspondais pas du tout au poste. Encore aujourd’hui, tu peux me démontrer par A + B que mon CV tatati tatata, je me pose encore la question du « mais pourquoi moi et pas un autre ?! ».

C’est con comme sentiment, car on s’empêche de faire plein de choses et on peste contre ceux qui osent sans se soucier de leur légitimité. Ho je sais bien que je suis pas là seule par ici, c’est pas la peine de vous cacher !
Bon et puis malgré tout, parfois on arrive à prendre son courage à deux mains et à lancer un projet fou fou fou. Et ça a été le cas pour ce projet-là. Ho celui-là il a mis longtemps à voir le jour, probablement un an même. L’envie de partager autours d’une passion qui devenait grandissante n’a pas suffit, il a fallu que ce sentiment de légitimité à parler de ce sujet grandisse.

Et c’est ainsi que mardi a vu le jour Culinographie : un blog dédié à la photographie et au stylisme culinaire. Un blog animé à 6 mains avec en acolytes Aline et Christelle. Un blog que j’imagine créatif, instructif mais surtout participatif. J’ai toujours été impressionné par le côté « moteur » d’un blog : il nous amène à nous améliorer, à nous enrichir et parfois à nous dépasser. Et j’aimerais qu’avec Culinographie ce soit le cas : qu’on puisse échanger, apprendre des uns et des autres et changer un peu nos lignes d’horizon. Si la photo et la stylisme culinaire vous intéressent aussi, venez-nous rejoindre la-bas!

En restant dans le sujet la semaine dernière, Design Sponge était « In the kitchen with » me ! Bon je vous épargne comment je n’étais pas peu fière de cette publication (le sentiment d’imposture avait laissé place à des sauts de cabri et à des « gniiiii je suis dans Design Sponge!!!!!! »). Joie de courte durée puisque les 3/4 de mon entourage ne connaissant pas Design Sponge n’ont absolument pas compris pourquoi je me mettais dans un état pareil !
En tout cas, pour l’occasion j’avais réalisé une petite recette toute simple : des asperges gratinées au four avec une sauce parmesan, amande et citron. Une cuisson de quelques minutes qui permet de garder tout le croquant des asperges !

Asperges gratinées, sauce amande, parmesan et citron
2 personnes

8 asperges vertes
3 cs de poudre d’amandes
150 g de crème fraîche
50 g de parmesan
Le jus et le zeste d’un citron
Quelques amandes grillées

Préparer la sauce. Dans un casserole, sur feu moyen, mélanger la poudre d’amande, la crème, le parmesan, les zestes et le jus de citron jusqu’à obtenir une sauce crémeuse. Rectifier l’assaisonnement.

Laver et couper le bout des asperges. Les disposer dans un plat à gratin et recouvrir de sauce. Laisser cuire au four à 180°C entre 4 et 6 minutes pour qu’elles soient croquantes.
Saupoudrer des zestes de citron et des amandes grillées. Servir chaud.

Rendez-vous sur Hellocoton !
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...