La maison en pain d’épices

Voilà, J-24. C’est bientôt Noël. Les feuilles commencent sérieusement à tomber des arbres. On se réunit autours de raclettes. Les mains gelées trouvent grâce dans les gants en laine. Les listes de cadeaux de Noël s’allongent. Le feu crépite dans la cheminée et la cuisine embaume le pain d’épices. Pas de doute, l’hiver commence à s’installer.
D’habitude, je raffole de cette période précédant Noël. Mais l’année dernière, l’hiver a été tellement dur que j’ai l’impression de lutter du plus profond de moi-même pour que l’été reste (ho oui ça va, j’ai bien remarqué que j’avais perdu la bataille ! Même si quand même, ma lutte aura été un peu efficace si j’en juge le bel été indien qu’on a eu haha!).
Alors j’ai décidé d’y aller petit à petit vers cette fin d’année. Prendre le temps et profiter de chaque jour (parce qu’après Noël et jusqu’au printemps c’est la moooooort, le spleen, la déprime, le vide : franchement janvier-février, ce ne sont pas les mois les plus inutiles de l’année ?! (Sauf le 25 janvier, c’est mon anniversaire, faut pas déconner). L’année dernière, j’avais eu un super « calendrier de l’après » du mois de janvier de la miss Camille (oui Camille, c’est une originale, elle fait des calendriers de l’avent, après Noël) et ben je vais te dire que grâce à elle, chaque jour du mois de janvier a été une fête. Les jours d’hiver passent bien moins douloureusement quand chaque jour tu ouvres ta petite surprise !
Donc cette année, je vais (tenter) de faire de chaque jour précédent Noël une fête ! (Je dis bien tenter, parce que quand on voit mon projet 365 on se rend compte que l’assiduité et moi ça fait 36… Ahem…)
Et on commence ce premier jour de décembre par une maison en pain d’épices. L’année dernière, quand j’avais vu celle de Débo, je m’étais dit qu’il fallait absolument que j’en fasse une pour la gamine qui somnole en moi (à défaut d’avoir des enfants hein, on fait comme on peut). Un an après, (l’assiduité je vous dis) et bien je me suis amusée comme une fofolle à réaliser cette maison !

Here we are, D-24. It’s Christmas soon! Leaves are falling off the trees. We gather round hot winter meals. Our cold hands find salvation in wool gloves. Christmas gift lists are getting longer by the day. Fire crackles in the fireplace and the kitchen is pervaded by gingerbread scent.
Usually, I love this time of the year. But last year, winter had been so hard on me, that I struggled very hard for summer to last as long as possible… (I know I lost this battle. But we still had a great Indian summer!) So I decided to take it one step at a time. To take the time and to enjoy each and every day. Because after Christmas, and until spring, it’s deadly depressing, a time of spleen, of emptiness… Aren’t January and February the most useless of all months of the year? (Only January 25th is nice… because it’s my birthday!)
Last year I had a great “after calendar” in January from the lovely Camille(she’s an inventive girl, she does advent calendars after Christmas!) and thanks to her, I enjoyed each and every day of that dreary month of January. Winter felt less painful when everyday you had your little surprise!
This year I will (try to) make of everyday preceding Christmas a celebration! (I say I’ll try, because I wasn’t very diligent concerning my 365 projet this year…)
And we begin this first day of December with a gingerbread house. Last year, when I saw Débo’s gingerbread house, I told myself I had to make one too! One year later (I told you, I take my time) I had a blast in making my own gingerbread house!

POUR UNE MAISON DE PAIN D’ÉPICES AVEC SA PETITE FORÊT DE SAPINS

Pour le pain d’épices
125 g de beurre
150 g de miel
125 g de sucre cassonade
420 g de farine
1 cc de bicarbonate de soude
1 cc d’extrait de vanille
2 cc de mélange à pain d’épices
0.5 cc de sel
50 à 65 g de lait demi-écrémé

Télécharger les gabarits pour la maison, les découper et évider les portes et fenêtres au cutter.

Dans un saladier, fouetter le beurre avec la cassonade et l’extrait de vanille jusqu’à ce que le mélange soit homogène. Verser le miel et fouetter de nouveau.
Dans un autre saladier, tamiser la farine et la mélanger avec le bicarbonate de soude, les épices à pain d’épices et le sel. Incorporer la moitié de ce mélange au mélange beurre-miel-sucre. Verser la moitié du lait puis le reste de farine. Pétrir la pâte jusqu’à obtenir une boule de pâte non collante et bien malléable. Ajouter du lait si la pâte est trop sableuse.
Mettre le four à chauffer à 180°C (Th. 6).
Fariner le plan de travail. Diviser la pâte en 4 pâtons et les utiliser au fur et à mesure. Abaisser le pâton sur 5mm d’épaisseur, poser le gabarit dessus et découper la pâte. Déposer la pâte découpée sur une plaque à pâtisserie recouverte de papier sulfurisé et enfourner pour 10 à 12 minutes. Déposer le biscuit sur une grille à pâtisserie : il va alors durcir.
Procéder ainsi avec tous les gabarits et découper le reste de pâte avec des emportes-pièces en forme de sapin (8 minutes de cuisson).

Pour la glace royale « décor »
1 blanc d’oeuf moyen
175 g de sucre glace
2 cs de jus de citron
Éléments pour le décor : paillettes, billes en sucre…

Tamiser le sucre glace au dessus d’un saladier et incorporer le blanc d’oeuf et le jus de citron au fouet. Fouetter jusqu’à obtenir une pâte lisse.
Verser le glaçage dans une poche à douille munie d’une douille lisse n°2 (sinon couper l’extrémité de la poche à douille de manière à avoir une ouverture très minime).

Disposer tous les éléments de la maison à plat sur le plan de travail. Les décorer à l’aide de ce glaçage, placer des petits décors et laisser sécher au moins 30 minutes : le glaçage doit être bien sec afin qu’il ne coule pas lorsqu’on montera la maison.

Pour la glace royale « ciment »
1 blanc d’oeuf moyen
250g de sucre glace
2 cs de jus de citron

Tamiser le sucre glace au dessus d’un saladier et incorporer le blanc d’oeuf et le jus de citron au fouet. Fouetter jusqu’à obtenir une pâte lisse et assez épaisse .
Verser le glaçage dans une poche à douille munie d’une douille lisse n°4 (sinon couper l’extrémité de la poche à douille de manière à avoir une ouverture minime).

Montage de la maison
Ficelle ou ruban, pic en bois
Planche
Sucre glace
Passette

Veillez à préparer tous vos éléments avant de monter la maison : planche sur laquelle vous transporterez la maison, ficelle ou ruban qui serrera tous les éléments et pic en bois qui serviront d’étais pour le toit. Normalement, le glaçage royale « ciment » est censé être efficace au bout de quelques secondes de pose mais on n’est jamais trop prudent !

Tartiner de glaçage royale « ciment »les 2 bords bas d’une façade pointue (façade #1) et coller les façades larges (façade #2) de chaque côté. Là, l’intervention d’une seconde paire de mains facilite beaucoup le montage ! Faire de même avec la seconde façade pointue (façade #1) et la coller aux deux façades larges (façade #2). Entourer la maison de ficelle ou de ruban et bien serrer pour maintenir le tout.
Tartiner de glaçage royale « ciment » le bord haut des 2 façades pointues (façade #1) côté gauche de la maison et poser le toit. Presser au moins 30 secondes et étayer le toit avec des pics en bois.
Procéder de même avec le côté droit de la maison.
Saupoudrer de sucre glace à l’aide d’une passette pour faire la neige.

Décor des sapins
Décorer les sapins avec le glaçage royale « décor ». Enrober la base de chaque sapin de glaçage royale « ciment » et les poser verticalement. Étayer à l’aide de pics en bois ou de cure-dents si besoin.
Saupoudrer de sucre glace à l’aide d’une passette pour faire la neige.

Rendez-vous sur Hellocoton !
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...
Ecrit par Parigote le 1 décembre 2011 dans Craft et DIY, Cuisine, Noël et fêtes | Short Link

73 commentaires

Mots-clés : , , , , , ,

73 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Copyright © 2000-2014 Carnets Parisiens All rights reserved.