Une simple gourmandise

12.06.2011

Il y a des gourmandises qui vous laissent sans voix. De celles qui une fois goûtée, hantent régulièrement les pensées, n’attendant qu’une prochaine rencontre avec nos papilles pour confirmer le souvenir gustatif. Le genre de gourmandises qui se suffisent à elles-mêmes, n’ayant pas besoin de fioritures, tout juste d’un trait d’huile d’olive.
La burrata fait partie de ces gourmandises qui laissent une forte première impression. Pour ceux qui n’ont pas la chance d’avoir goûté ce produit fabuleux, la burrata est un fromage italien venant de la région des Pouilles. A l’origine élaborée uniquement avec du lait de bufflonne, on le trouve plus souvent aujourd’hui mélangé avec du lait de vaches ou entièrement élaboré à partir de lait de vache. La burrata est une pâte filée, moulée comme une mozzarella, son intérieur est filandreux et très crémeux : là réside le secret de la burrata. Sous ses abords de mozzarella, se cache une cœur velouté et frais qu’on déguste à la petite cuillère. La burrata n’a besoin de rien d’autre pour être dégustée, éventuellement d’une pointe de sel, de poivre et d’huile d’olive pour être sublimée. Plus elle est fraîche, meilleure est sera.

La burrata me fait complètement fondre. Lorsque j’en mange une, l’envie me reste encore quelques jours. Bien sûr, je reste raisonnable et me dit que pour garder l’intensité de cette gourmandise il ne faut y céder que de temps en temps. Rares sont les produits qui me font cet effet-là, qui m’émoustillent.
Et vous quels sont vos gourmandises qui vous sont précieuses ?

Là où je me fournis en burrata :
Il Capriccio, restaurant et épicerie-traiteur
116 bd de charonne 75020 Paris
01 43 48 25 38

Rendez-vous sur Hellocoton !
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...
  1. Petites et grandes

    C’est drôle mais j’ai découvert une mozzarella qui se mange sans rien non plus et elle est excellente.
    Concernant les gourmandises simples, je découvre que je n’en ai pas..A une époque c était les tomates au sel, mais ce n’est plus le cas aujourd’hui. Il va falloir en trouver une nouvelle !
    Enfin, merci pour l’adresse, je vais en chercher dès demain !

    Répondre
  2. la souris

    ca donne envie! moi c’est un plat que j’ai mangé sur une petite île prêt de Venise, c’était un plat à base de sèche et d’encre de sèche, avec des galettes de polenta. un DE-LI-CE. j’en rêve encore alors que c’était il y a deux ou trois ans! ca a été la meilleure chose que j’ai jamais goûté!

    Répondre
  3. Caro - The Best Brunette Ever

    Gniiiii j’ai envie d’en manger maintenant. Je suis tellement accro que je SAIS que je commanderai ça chez Caffe Dei Cioppi (Enfin quand j’irai)(quand ça tombera un jour ou ils sont ouverts)
    Sinon ya aussi le basilic du balcon, ou le pan con tomata et le jamón de Barcelone…

    Répondre
  4. Rosalie

    Je crois que cet amour pour les sensations culinaires et les émotions gustatives, est le fil qui nous relie, amoureux de la cuisine …
    De mon côté, je raffole du pain frais (complet, aux céréales, à la châtaigne, aux fruits secs…) , agrémenté de beurre ou autre, ou rien!
    (Cependant j’ai du mal à être aussi raisonnable que toi et je m’en fais un festin tous les jours!)

    Répondre
  5. L'étudiante

    Ma gourmandise est un morceau de comté, coupé en fines lamelles et déguster comme ça, ou accompagné de quelques raisins. Mais du bon comté, un 18 mois au moins, assez fort qui titille la papille même une fois avalé. En tout cas, je n’ai jamais gouté de Burrata… et je dois dire que ta description ainsi que tes photos me donnent envie de trouver un bon fromager qui en vend ici !

    Répondre
  6. melopapilles

    merci pour l’adresse qui est tout près de chez moi, on m’en a déjà parlé, ton billet est une piqûre de rappel ! moi qui fond totalement devant une burrata… je ne peux qu’apprécier ce genre d’épicerie. Et ravie de t’avoir rencontrée chez A.V. H., même si nos sièges – pas si loin – était à des kilomètres avec cette table au design étrange, et nous ont peu permis de communiquer…

    Répondre
  7. Camille

    C’est rigolo, on parlait de burrata avec ma soeur ce midi..
    J’en ai mangé une seule fois (au resto Mercato, rue de la bourse) et c’était tellement bon, je crois que j’en ai rêvé la nuit.
    Bref, voilà, mais sinon, un truc qui me fait fondre comme ça… bah tiens, une tartine de bon Comté, tout bêtement, mais vraiment, du BON Comté, bien affiné, bien vieux!

    Répondre
  8. argone

    j’y ai goûté et je n’ai pas du tout accroché, je l’ai trouvée bien trop riche, trop crémeuse. Je suis retournée à la buffala, ce qui m’arrange car niveau prix ce n’est pas la même chose !

    Répondre
  9. Clemence M

    Je n’ai jamais goûté de Mozza Burrata mais rien que la Mozza normale, je pourrai la manger toute seule, avec juste un filet d’huile d’olive tellement j’aime ça !
    Bisous.

    Répondre
  10. CiTiZen

    Je crois que l’aliment qui me fait cet effet là, c’est les Pimientos del Padron que je mange à Barcelone ou en Espagne, exclusivement !! Et effectivement, la rareté de la sensation ne fait que l’accroitre !
    Et aussi quand même, je dis pas ça pour faire la lèche-cul, tes mini carrot-cupcakes !!! ;-)

    Répondre
  11. Toute Petite

    Miam, moi aussi j’adore ça (je note l’adresse!)
    J’ai un petit italien délicieux qui en a parfois : il croccante au metro falguière, je te le conseille (tout est bon là bas!)

    Répondre
  12. Gourmetise

    Mhhhh, j’ai découvert la burrat il y a quelques mois, et comme toi, un régal !!!! Avec mon mari nous sommes en ce moment même en train de regarder pour aller dans les pouilles en juillet… j’en ramenerai des tonnes. Pas possible ? Oui compliqué, tant pis, je m’en mettrai plein la panse. Surtout que je crois que dégustée directement dans sa région d’origine, c’est le must !

    En tout cas, bravo pour ce blog que je découvre. Top, et en plus les photos sont merveilleuses.

    Répondre
  13. Laurelas

    Je crois n’en avoir jamais goûté, chose à laquelle j’ai très envie de remédier de suite :) (c’est toi qui disais ne pas toujours trouver tes mots? cet article est très beau ♥)

    Répondre
  14. Nana

    Je n’aurais pas pu mieux dire !
    La burrata est également mon pêché mignon. J’ai la chance d’avoir un traiteur italien génial en bas de chez moi qui en fait presque exprès pour moi et je ne gêne pas pour en manger au moins une fois par semaine quand c’est la saison.
    Pas d’écœurement en vue pour l’instant :)

    Répondre
  15. Julie

    On m’en a déjà fait les louanges plus d’une fois, il faut absolument que j’en dégote !
    Mon pêché mignon (un de mes !) de luxe c’est le filet de pata negra, une tuerie ! Ca fond dans la bouche et laisse un petit goût de châtaigne, j’en ai l’eau à la bouche rien que d’y penser…

    Répondre
  16. marie

    Le plat à la mode à Paris cet été que l’on paie le prix cher (même burrata que personne ne regardait il y a quelques années : trop grasse, trop riche). Le même engouement que pour la mozza a une époque qui est devenue tellement courante qu’elle en a perdu toute sa saveur et gourmandise. la Burrata c’est très bon (normal c’est de la crème), c’est snob ou trop bobo… autant dire qu’elle est fichue cette pauvre burrata.

    Répondre
  17. Celine - Bird on the wire

    Les photos sont sublimes ! De la burrata, du basilic frais et une bonne huile d’olive… arhh..

    Je ne sais pas si tu connais cette adresse, mais toujours dans le 11e (à la Coopérativa Latte Cisternino, 108 rue Saint Maur) on trouve de la délicieuuuuse Burrata pour 5€ (environ 350g). A ce prix là c’est presque donné. (A coté de notre boutique, un traiteur italien (qui se fournit probablement là-bas) la vend 58€ le kilo ! Ce qui est juste dingue.)

    Répondre
  18. soapymermaid

    c’est vrai que vu comme ca, ca a l’air divin. Ma gourmandise justement c’est le fromage de façon generale. j’évite d’en manger quotidiennement parce que je ne mange pas de produits laitiers et que ce n’est pas tres dietetique mais c’est vraiment un aliment que j’adore déguster de temps en temps.

    Répondre
  19. Transparences

    J’ai découvert votre blog quelques jours avant mon départ en vacances en Italie et forcèment votre description de la burrata m’a alléchée. Résultat : nous sommes devenus complètement addict ! Dégustée là bas sous les oliviers, avec un filet d’huile d’olive de Toscane, c’était juste divin. Maintenant, il ne me reste plus qu’à en trouver à Paris !
    Bravo pour votre joli blog !

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *