Mais pourquoi est-ce que je photographie mes plats ?

Bien le bonjour par ici !

Je ne vais pas vous présenter mes excuses pour avoir été et l’être encore un moment, absente de ce blog. Je déteste les blogueurs qui s’excusent de ne pas bloguer, comme si le blog était une telle contrainte que si on ne remplit pas un certains quota de billet on risque gros. J’imagine déjà la foule révoltée des lecteurs frustrés de n’avoir eu leur dose quotidienne de blog. La psy en moi dirait que s’excuser de son absence, c’est souligner combien on est attendu par ses lecteurs, que l’on est indispensable à leur quotidien. Alors qu’au final, c’est le contraire, c’est plutôt le blogueur qui a besoin de ses lecteurs.
Mais, je vous épargne la psychanalyse du blogueur, ça sera pour un prochain épisode. Je suis d’ailleurs étonnée qu’aucun psy ne se soit attaché à analyser les mécanismes à l’oeuvre chez le blogueur et sa blogosphère parce que c’est pourtant absolument passionnant. (Mais les psy ne savent même pas utiliser internet pour communiquer sur leurs revendications concernant l’état déplorable de la santé en France, donc ça ne m’étonne pas tant que ça en fait).

Mais toutes ces digressions pour vous dire quoi au final ? Et bien juste pour vous prévenir (si tant est que vous vous inquiétassiez) qu’en ce moment je suis en pleine réflexion quant à ce blog. Enfin en pleine réflexion par rapport aux photos.
Avant de créer ce blog, j’avais déjà tenu un blog plutôt orienté pâtisseries et gourmandises pendant 2/3 ans. Je l’ai arrêté car il ne me plaisait plus, je m’y sentais enfermée sans possibilité de le faire évoluer. J’ai créé les Carnets Parisiens avec beaucoup d’ambitions : j’avais envie de l’imager avec beaucoup de photos, pas seulement culinaires. Je me souviens vraiment m’être dit que ce serait un bon moyen pour me bouger les fesses et progresser en photo. Et puis, il y a probablement eu un genre de faille spatio-temporelle parce qu’au final sur ce blog, il n’y a quasiment que de la photo culinaire.

[Petit aparté mais je suis désespérée par mon écriture. Un jour il faudrait que je m'allonge sur le divan pour comprendre pourquoi écrire est si difficile. Pourtant je suis du genre bavarde, j'ai toujours pleins de choses à raconter. Mais dès qu'il s'agit de poser des mots, c'est une telle plaie. Rien que pour écrire ces quelques lignes, je viens de passer 2 heures. 2 heures à écrire un mot puis lire un blog, me préparer un thé, me recoiffer, écrire un autre mot, appeler ma mère... Le pire c'est que je sais exactement le propos que je veux tenir, ce n'est même pas un manque d'imagination. Mais aligner des mots à l'écrit me répulse carrément !]

Bref, je vais tenter une autre stratégie et vous donner d’emblée là où je veux en venir, peut-être qu’après les explications viendront plus facilement !

Cela fait un petit moment que je me fais la réflexion que je tourne en rond en ce qui concerne la photo culinaire. Je pense avoir pas mal progressé depuis le début de ce blog, j’ai même eu des moments où je me suis sentie « trop bonne, trop forte, trop la meilleure quoi ». Il faut dire qu’au bout d’un moment quand les lecteurs commentent en disant combien ils aiment mes photos, qu’elles sont trop belles et tout le tralala ben on finit par y croire (on aime y croire du moins). Et quand on voit qu’avec ces photos on peut même les vendre et avoir des commandes on finit par penser qu’on pourrait même en faire son métier.

Sauf qu’en vrai, mon métier c’est psychologue et parallèlement je blogue mais je ne suis ni photographe, ni styliste culinaire. La photo culinaire me passionne. La photographie en général mais pour le moment c’est en cuisine que j’expérimente le plus la photo. Mais si le blog est un formidable moteur car il nous pousse à expérimenter et à s’améliorer, il est devenu pour moi un véritable boulet. Bien sûr, j’adore quand vous me dites que mes photos sont top mais là j’ai envie de vraiment progresser en photo culinaire et pour ça j’ai besoin d’avoir des retours objectifs, des critiques. C’est quand j’ai eu le retour des remarques émises par le jury professionnel d’un concours de photographie culinaire que je me suis rendue compte à quel point ça faisait du bien. Et surtout à quel point, le monde des blogs peut devenir anesthésiant.

Outre quelques blogueurs (je pense surtout à Katy Quinn Davis qui fait un remarquable travail autours du produit et de la lumière), je trouve que les photos s’uniformisent désespérément. Je ne compte plus les photos avec une planche de bois en fond, des couverts anciens, de la porcelaine dorée, du tissus à fleurs et pleins de trucs trop mimi-mignons. Les couleurs tendent vers le rose avec une forte lumière. Et moi la première ! Au final, je me demande si on ne cherche pas plus à faire des photos jolies qu’à réellement transmettre une recette.
Ca fait un bon moment qu’à coup d’échanges de mail avec Christelle – qui ne fait pas que flabbergastinger – on philosophie sur le but d’une photo culinaire, ce qu’on cherche à montrer. J’en suis arrivée à la conclusion que ce qui m’intéressait le plus, ce qui me touchait le plus dans une photo culinaire (et les photos en général) c’est l’instant qu’elle fige. Pas juste un plat posé sur un fond. Non, je veux voir que ce plat a vécu, qu’il fait parti d’une ambiance, qu’il s’inscrit dans un moment de goûter, de déjeuner etc… J’aime quand les photos ont une histoire, qu’elles racontent quelque chose, qu’elles transmettent. Parce que pour moi la nourriture a aussi cette fonction : celle du partage, de la convivialité, de la vie. Et je voudrais que mes photos puissent en témoigner.

Et aussi, ce qui me frustre dans ce blog, c’est le travers que j’ai pris à ne publier que les recettes photogéniques et à ne même plus essayer de prendre en photo les plats en sauce ou les viandes. J’aimerais réussir à vous transmettre des recettes un peu plus gastronomiquement intéressantes que des cupcakes ou des tartes.
Mais c’est bien beau d’intellectualiser son rapport à la photo encore faut-il le mettre en œuvre ! Mais je pense pas que je puisse le faire sur ce blog. Non mais c’est vrai, comment progresser si tout le monde vous dit que c’est bien ce que vous faites ?! Haaa comme j’aimerais qu’on puisse critiquer et discuter sur les blogs ! [C'est d'ailleurs la prochaine étape de Culinographie : créer un véritable espace d'échange autours de critiques constructives. Ça et reparler du "style" en photographie culinaire !]

Donc tout ce looong billet, pour vous dire de ne pas vous étonner si les photos culinaires se font rares par ici. C’est juste le temps que je sache quelles photographies me conviennent et comment aborder tous ces plats si peu photogéniques !

Parigote qui a mis plus de 3 heures à écrire ce billet. C’est record quand même.
Et qui admire ceux qui auront le courage de lire ce pavé !

Rendez-vous sur Hellocoton !
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...
Ecrit par Parigote le 17 juillet 2011 dans Non classé | Short Link

119 commentaires

Mots-clés :

119 Comments

  • auntie jo dit :

    Et bien, j’ai lu ton pavé (pas si pavé que cela) et tout va bien ;-). Je me pose aussi beaucoup de questions sur les photos que je prends. Je trouve très intéressantes les photos où on ressent la vie, le partage, le bonheur de manger. C’est ce que j’essaie de faire de plus en plus. Le moins de mise en scène possible, des photos sur le vif, au moment du repas… J’aimerais arriver à ça en fait… ;) Et puis, les photos trop parfaites esthétiquement parlant me font être admirative devant le photographe mais ne me donnent pas forcément envie de faire la recette. Elle devient inaccessible, car trop belle…

    • Parigote dit :

      Personnellement, je distingue deux types de photos culinaires :
      - Celles avec beaucoup de mise en scène, qui inspirent, suscitent l’imagination et les papilles. C’est un peu le cas des photos culinaires dans la presse style Saveurs ou EAT. Elles sont plus destinées à faire envie, penser à un produit, donner des idées plutôt que de donner envie de faire la recette telle quelle.
      - Celles qui rendent compte fidèlement d’une recette, sans chichis. Un peu comme les photos d’édition qui sont toujours très simples(trop simples parfois à mon goût mais bref!).

  • aurelvelvet dit :

    Non, c’est intéressant ce que tu écris… Je ne suis pas une as de la photo et je n’y connais rien mais oui, je suis sensible à l’esthétique sur mon blog. Et je zappe des photos moches alors que ce qu’elles contiennent étaient génial niveau goût. Pourtant et en même temps, quand j’aime un blog, ce n’est pas forcément parce qu’il a de belles photos. Je fais plus attention à la recette ou l’histoire qu’il y a autour.

    • Ambroisie dit :

      @aurelvelvet, C’est vrai, moi aussi je zappe très vite si les photos sont trop moches…

    • Parigote dit :

      De manière générale, l’image a pris énormément de place sur les blogs (et pas seulement sur les blogs culinaires). Il faut se rendre compte qu’au tout début des blogs de cuisine, il y avait « beaucoup » de blogs sans photos, et les gens accrochaient. Aujourd’hui un blog de cuisine sans photo, c’est presque impensable !
      Je me demande si parfois, il ne vaut justement pas s’abstenir de mettre des photos lorsqu’elles sont ratées. Le but du blog culinaire, c’est quand même de partager une recette, de donner envie aux lecteurs de la reproduire. Une photo « moche » comme vous dites, ça produit l’effet inverse : on ferme la fenêtre. On ne s’attarde pas sur la recette qui peut pourtant mériter le détour.
      C’est là qu’on voit que publier une photo ce n’est pas si anodin que ça ! (Et ça demande réflexion !)

      • @Parigote, C’est la même chose pour les livres de cuisine: ceux sans photo attirent peu… et les plus vendus sont souvent ceux où le stylisme et la photo ont été très étudiés… quelquefois même, quand on regarde attentivement la recette, elle n’est pas très originale ou carrément infaisable!

      • @Parigote, Pour les livres c’est un peu pareil. Mais quand on commence à maîtriser un peu la cuisine on s’aperçoit que des livres sans trop de photo ou trop de stylisme sont très bien et que les petits livres avec des mises en scène .. en faite c’est carrément du vide, . Les recettes d’un banal sans aucune technique d’astuces … mais ça se vend parce que c’est beau. C’est comme une boite bien emballée avec rien dedans comme cadeau

  • Ambroisie dit :

    J’aime bien ton pavé. Moi je ne suis pas une blogueuse « super heureuse et légère ». Je débute en matière de blog et je me pose beaucoup de questions sur « bloguer ». En plus de cela je n’aime pas mes photos et naïvement je crois que l’arrivée d’un nouvel appareil changera tout. Bon, c’est un com, je m’arrête ici. Biz. Amélie.

  • Delphine dit :

    Est ce qu’à un moment, on en arrive pas à recréer toujours les mêmes choses parce que justement on prend exemple sur trop de choses (magazines, blogs …).
    Est ce qu’il ne serait pas préférable justement de ne rien voir, ne rien lire pendant un temps juste fermer les yeux et imaginer ce que nous voulons montrer par ce que nous sommes ?

    Moi aussi, je me pose des questions, je veux passer à autre chose, je suis une éternelle insatisfaite … J’ai un ami photographe qui est devenu pro et qui m’a dit ne plus regarder le travail des autres pour ne pas se perdre dans ce qu’il a envie de transmettre et sa façon de le transmettre et effectivement son style, je ne le trouve pas ailleurs …

    • Parigote dit :

      Je crois qu’en quelques lignes tu as parfaitement résumer mno envie du moment !
      Arrêter de publier des photos culinaires sur mon blog, c’est pour moi le moyen d’arrêter de regarder ce qui se fait par ici. Ne rien voir pendant un moment, juste pour tenter de réveiller ma créativité !
      Je pense que dans un premier temps, lorsqu’on débute, c’est pas mal de regarder le travail des autres, de le copier. Comme en peinture où on ne commence pas par produire directement ! On commence par copier pour maîtriser les techniques.
      Mais clairement au bout d’un moment, on se perd et on s’enferme. D’où la nécessité, d’aller voir ailleurs si on y est !

  • Lu.
    On sent que ça « bouillonne » pas mal ;-)
    Ma remarque va sans doute t’exaspérer, mais tant pis, je le pense : j’aime bien tes photos.
    Si ça peut te « consoler » (j’ai l’impression d’être dans un science-fiction inversée : essayez de me rattraper après un compliment…), je n’ai découvert la photo culinaire que depuis 2 ou 3 mois.
    Avant, je prenais mes recettes en photo (zoom de préférence), point barre.
    Je me fichais de l’ambiance, du décor, de ce qu’il y avait à côté, de la mise en scèn, lumière, blablabla.
    Maintenant, j’y suis sensible, mais j’avoue que je suis super-ultra-méga débutante.
    Puis, ce n’est pas vraiment mon but ultime (enfin là, je dérive sur moi, donc j’arrête).
    Bref : fais comme tu le sens, suis tes envies. C’est ton blog, comme tu le dis :-)
    Et tes lecteurs comprendront… et ceux qui t’apprécient vraiment, attendront ! :-)
    En tout cas, je n’oublierai pas que c’est grâce à toi que j’ai connu « Retour à la Terre » (adresse que j’ai donné à 2 amies d’ailleurs)
    Bonne continuation :-)

  • loul dit :

    Oui mais sous le pavé, la plage… Ok, je sort…Bon bah moi aussi je suis dans ce genre de questionnement. Et je crois que c’est le fondement de la photographie. Depuis que je photographie, je me sens terriblement frustré à chaque fois que je ne peux transmettre ce que je vois en un instant « T » et je me dis que la photo est raté. Avec la photo culinaire je me suis fais une raison, je me dis qu’on arrive à sublimer ce qu’on trouve bon. Je cherche à faire passer des goûts et des envies … On est pas dans le même sentiment. Mais souvent, comme toi, je trouve ça fade… Merci pour ce beau billet qui résume bien ce qu’on a souvent dans la tête ! J’arrête, je suis déjà trop long. Bises ;)

  • Comment il calme ton premier paragraphe! (moi je m’excuse parce qu’en tant que lectrice, ça me saoule que mes blogs préférés aient des périodes de creux)
    Bon et sinon puisque tu veux te faire fouetter par des commentaires vilains qui critiquent: je trouve que ce haut ne va pas du tout avec cette jupe! (comment ça rien à voir???!)(hihi) ;))

  • virginie dit :

    Même si les belles photos ont souvent en fond une planche, des couverts anciens… je ne m’en lasse pas et j’admire le travail pour arriver au résultat car cela ne se fait pas en quelques minutes. Les recettes donnent toujours très envie mais c’est vrai que ce sont souvent des desserts que l’on voit dans les blogs avec de très belles photos. En tout cas, ta réflexion culinographique est très intéressante et je te souhaite d’avancer.

  • Guillemette dit :

    Ooohh je comprends tout à fait ton raisonnement, je trouve qu’en général il y a une uniformisation flagrante des photos culinaires (y a qu’à feuilleter Saveurs et Elle à Table, pour commencer, tout est très beau mais tellement tout pareil !).
    J’aimerais voir (et faire !) plus de photos de scènes de vie, avec des gens, un truc plus vivant quoi !

    (Pour moi aussi, c’est la plaie d’écrire ;)

  • Rosa dit :

    Un billet qui résume bien ce que je pense. Oui, tout est très uniforme et, à la fin, sans caractère même si beau. Ceci me gêne beaucoup…

    Belle réflexion.

    Bises,

    Rosa

  • Laurelas dit :

    Une reflexion qui a beaucoup de sens – après que te dire? Je ne sais pas bien quel est mon point de vue, n’étant ni blogueuse cuisine, ni styliste culinaire etc (pourtant qu’est-ce que ça me plairait!). Juste oui, il y a uniformisation, c’est sans doute dû au fait qu’on s’inspire tous de ce que l’on voit/a vu.. Il faut lancer un nouveau mouvement! Bref.. A très bientôt :)

  • Je sais pas quoi dire sans tout gâcher. Juste que ça fait 3 fois que je relis ton article (faut rentabiliser toutes les heures que tu as passé dessus- et ça valait le coup, hein) Enfin, tu sais déjà ce que je pense…

  • argone dit :

    J’ai lu ton pavé, et je comprends ce que tu ressens … si tu as besoin de faire une pause c’est compréhensible, à mon avis l’important c’est de se faire plaisir et de continuer à apprendre des choses ; si tu as l’impression d’avoir fait le tour d’un aspect de la photo culinaire, passer à un autre aspect est tout à fait normal …
    J’espère que la partie communautaire de culinographie ouvrira bientôt !

  • Camille dit :

    J’aime bien le commentaire de Caro.
    Je sais pas quoi dire de plus, parce que voilà, je suis pas douée en photo, et tout ça, et que j’aime bien tes photos malgré tout. même si effectivement je trouve aussi que les photos sont un peu toutes trop « les mêmes ».
    Peut-être que si tu prenais en photo du ragoût dans une jolie baignoire, ça changerait?

    Et je sais pas, peut-être que TU pourrais être la psy qui se penchera sur les blogueurs et leur incroyable égocentrisme?

  • Steve dit :

    Salut, j’ai également lu ton pave. L’écriture est sans doute la chose que je déteste le plus donc je comprends mais au final, tu as pondu un sujet intéressant. J’ai beaucoup de choses a dire par rapport a ce billet mais les mots me manquent. Disons que c’est tout a fait normal que tu te cherches au niveau du style photographique… Cela se voyait a travers les photos de tes derniers billets d’ailleurs. Au bout d’un moment, a force de voir de belles choses, on perd l’émerveillement qu’on avait au début. On devient plus difficile et on se lasse un peu soi-même de ce qu’on produit au final. C’est ce que je ressens pour moi du moins… En tout cas, ce qui est sur c’est qu’il faut se faire plaisir et que c’est une bonne chose si tu as de nouvelles envies et de nouveaux objectifs a atteindre. Il faut pas que la flamme s’éteigne. Take care.

  • Peepke dit :

    Merci pour ces remarques intéressantes, qui me parlent beaucoup. En général, il me semble que la photo culinaire est un peu ennuyeuse, que ce soit dans les livres, les magazines ou les blogs. Bien sûr, il y a beaucoup de belles photos bien prises, bien mises en scène, où l’on sent que l’auteur a mis du soin et du travail. J’admire, mais ça reste le plus souvent un peu plat ou fade, et on s’en lasse assez vite. Peut-être parce que ce type de photo est un peu trop univoque (on cherche à mettre en appétit le lecteur, c’est tout), peut-être aussi parce que, comme vous le dites, la photo culinaire est presque complètement dans le domaine du « joli » (d’où les avalanches de pâtisseries, qui c’est vrai sont souvent très photogéniques). Je n’ai rien contre le joli dans ma vie quotidienne mais je crois qu’il ne constitue pas un chemin artistique très riche. Peut-être aussi que les photos culinaires évacuent trop les personnes qui mangent, qui préparent la nourriture… En même temps, j’aime bien les natures mortes en peinture, et finalement la photo culinaire s’en rapproche. Une autre chose qui me gêne, surtout dans les magazines et les livres de cuisine, c’est ce côté souvent très « luxe », « art de vivre » des photos. C’est presque un peu antipathique à la longue.

    Sinon, pour l’écriture, peut-être que vous avez de mauvais souvenirs scolaires qui vous empêchent d’écrire librement ? Ecrire est très agréable mais pas toujours facile, c’est vrai (comme prendre des photos, ou dessiner…) je crois qu’il faut essayer de s’amuser avec les mots, qui sont quand même plastiques et plein de surprises (il suffit d’ouvrir un dictionnaire pour découvrir plein de choses), prendre du plaisir à les manipuler, jouer avec eux.

    Désolée pour cet autre pavé.

    • Parigote dit :

      Oui mais justement comment dépoussiérer la photo culinaire, la rendre moins ennuyeuse ? Car j’ai bien le sentiment que les gens se lassent de ces photos.

      Pour l’écriture, en réalité, je sais pertinemment d’où ça vient ^^ Ce n’est pas anodin psychiquement, de laisser des mots écrits : il y a toute la question de la trace, de l’empreinte. Une fois écrits, on ne peut plus effacer ces mots! (Enfin bon je vais pas vous sortir la psychanlayse de l’écriture ça risquerait d’être indigeste ^^)

  • tiuscha dit :

    Le sujet est vaste et intéressant mais n’ayant pas fait le premier pas vers la photo culinaire, je ne peux que lire en retrait sans me sentir véritablement impliquée (mais peut-être que le déclic viendra un jour… ? ou pas). En revanche, ce que tu dis de la psy des blogs est très juste, toi même devrais être bien placée pour t’y intéresser, mais tu ne peux pas tout faire, pas vrai ? Bonne continuation photographique !

  • Aurelie dit :

    je ressens la même chose que toi,en ce moment j’ai plus de plaisir à photographier mes enfants,des paysages que des plats … Oui la photo culinaire devient trop contraignante pour moi,je suis tout à fait d’accord avec toi je me lasse de plat posé sur un fond,j’ai envie de passer à autre chose,il faut que ce plat raconte une histoire … Encore d’accord avec toi,les tartes et compagnie c’est mimi (et très photogénique),d’ailleurs je me suis toujours posé la question,est-ce que les lectrices pensent que je me nourrie essentiellement avec des plats sucrés! heureusement que non,j’adore cuisiner,et pas que du sucré,mais je me voie mal photographier tout ce que je mange!!

    Au final ton pavé est très intéressent !!

  • cécile Cau dit :

    Alors que je viens aussi de me faire retoquer du concours amateur de photo culinaire, à l’heure où je réfléchis à m’équiper un peu plus encore en matériel photo, je garde mon double regard journalistique à chaque post: l’illustration du propos par la parole mais aussi par le regard. C’est une double lecture, cela doit rester un double langage

  • Christelle dit :

    Bon comme je viens de finir ton « pavé » (ce qui relève déjà de l’exploit, parce que justement… il n’y a pas de photos… donc la plupart du temps, j’aurais passé mon chemin…), je me foule d’un petit commentaire !
    Alors moi qui suis graphiste, je suis toujours sensible à la qualité des images sur un blog ! Même si cela biaise un peu la réalité ! Mais je suis tout à fait d’accord sur le fait qu’un blog n’est pas un espace très « objectif ». Celui qui poste, montre une certaine facette de la réalité (dans ton cas les plats les plus photogéniques) et souvent celui qui commente s’extasie (si il n’aime pas, souvent il passe son chemin !).
    Cela aboutit à une certaine uniformité, je suis d’accord. Mais c’est aussi une bonne émulation et cela tire qualitativement vers le haut je trouve ! Il faut commencer par être un bon copieur et maitriser la technique pour laisser totalement libre court à sa créativité ! Bref, la curiosité reste ta meilleure alliée… En restant attentive à tout ce qui t’entoure, tu trouveras forcément une nouvelle façon de t’épanouir photographiquement et bloguistiquement !!

    • Parigote dit :

      C’est justement bien dommage que ceux qui n’aiment pas, passent leur chemin sans s’exprimer.
      Je sais que sur les blgos il est de bon ton de dire « si t’aimes pas, rien ne t’oblige à rester », les blogueurs ont beaucoup de mal avec la critique (rien ne m’agace plus que les blogs qui modèrent toutes les commentaires un peu négatifs, même si ce n’est rarement le cas pour les blogs culinaires). Et je sais pertinnement que si quelqu’un me dit, « je trouve que sur ta photo, ton plat n’a pas assez de sauce, ta viande fait trop sèche, y’en a marre de tes couverts… » ma première réaction sera « ho mais dis donc va te faire foutre hein ! ».
      Mais en même temps sortir les yeux de son plat, ça fait du bien ! Et pour ça il faut que d’autres yeux puissent dire ce qu’ils aiment ou pas.
      Enfin voilà, ce billet c’est aussi une véritable invitation à la critique. Parce qu’on maitrise ou pas en photo, on a tous des yeux et des papilles et c’est vraiment enrichissant d’avoir des retours.

  • PoupéeArtichaut dit :

    Coucou,
    Je lis ton blog toujours avec passion (et je lisais même celui d’avant pour tout dire) et je suis bien contente de voir que toute cette uniformisation te fait réfléchir. J’aime beaucoup Tartine Gourmande par exemple mais à force, je ne vois plus aucune différence entre son blog, ses photos et celui de Cannelle et Vanille, je suis à la limite de l’écoeurement sur le tissu Liberty… Je veux bien croire comme Béatrice de TG l’a dit elle-même ,en réponse à un commentaire, qu’elles avaient les mêmes goûts et que, fatalement, ça se retrouvait sur leur blog respectif. Soit. Mais le problème c’est qu’étant donné leur succès, de très nombreux blogs ont pris cette habitude et l’overdose guette. Même si les photos sont toujours magnifiques.
    J’en viens vraiment aussi à préférer les photos prises sur le vif, léchées mais, justement, vivantes.
    Cela dit, en ce qui te concerne, rien n’est redondant pour l’instant. Le texte et les photos ont à chaque fois un grain intéressant, et donnent à réfléchir (la preuve encore une fois). Je ne commente jamais, ne critique pas non plus par manque de temps, mais je me doute que tu trouveras la réponse dans la démarche que tu entreprends maintenant.

  • petits+joe dit :

    Je comprends ton désarroi et je pense qu’un blog doit vivre au gré de nos humeurs, tendances et réflexions. Et bien sûr a le droit à son lot de vacances, pour mûrir et évoluer. En attendant, voici un petit lien qui pour moi reflète bien les envies et besoins d’un jour à l’autre!!! http://simplybreakfast.blogspot.com/

    • Parigote dit :

      Merci ! Je connaissais déjà ce blog, j’apprécie beaucoup ses photos spontanées !

      • SaRaH dit :

        @Parigote,
        je me demande justement si ces photos sont spontanées??
        Jennifer Causey est une photographe géniale, mais personne ne me fera croire que ses petits déjeuner ne sont pas mis en scène! Cela fait plusieurs années qu’elle tient ce blog, au début c’était plus « spontanées » mais au fond elle savait, en préparant son petit dej’, qu’elle allait par la suite le prendre en photo et le poster sur son blog. Donc obligatoirement il y avait comme une préparation au shooting.
        Peut-être qu’aujourd’hui, c’est devenu comme une « habitude » et qu’elle « stylise » son breakfast sans même sans rendre compte…mais je ne crois pas que ce soit réellement spontanée.
        (je sais pas si je suis très claire…)
        Je crois que c’est simplement impossible de faire de « belles » photos, de nourriture, spontanées.

  • Enila dit :

    Bien sûr que j’ai lu tout ton pavé, et tu sais ce que j’en pense, on en a beaucoup parlé sans trouver de réponse vraiment à nos questions. Une chose est sûre, on sature et on a besoin de repartir à zéro, de se chercher, de retrouver son identité ( bien que je le répète, je trouve ton style assez différent de ce qu’on peut voir en ce moment, mais je comprends cette envie de renouveau, cette impression de stagner et l’envie d’évoluer). J’ai l’impression qu’on s’est perdue dans les limbes des blogs :) ça te dérange si je continue la reflexion, en tout cas mon point de vue sur mon blog ? ;)

  • juliette dit :

    J’ai lu ton article hier mais je reviens commenter aujourd’hui uniquement, le temps de réfléchir un peu à tout ça. Même si je ne fais pas de photo culinaire, je comprends complètement ton propos, car je me pose les mêmes questions pour mon blog : si je n’ai pas une jolie photo pour illustrer un billet, je n’écris pas. Et c’est vraiment dommage, cette perte de spontanéité, et de partage, tout simplement. Pour l’uniformisation, je suis d’accord aussi et c’est vrai pour tous les blogs, pas seulement les blogs culinaires, ça devient lassant, je trouve (même si, ne t’énerve pas, tes photos sont très belles, si si). Bref, je t’encourage à continuer à réfléchir, mais peut-être pas trop finalement : peut-être qu’au contraire, tu devrais arrêter complètement de réfléchir et poster ce qui te passe par la tête ? :D

    (ce commentaire est complètement décousu)

    • Parigote dit :

      C’est vrai qu’à trop réfléchir, on perd en spontanéité ! Mais aujoud’hui je trouve la spontanéité de plus en plus difficile à tenir sur un blog. C’est difficile de se dire qu’on fait un blog pour soi, comme on l’entend, au rythme qu’on souhaite sans se laisser prendre par l’ambiance stressée de la blogo (course au trafic et à la célébrité).
      Mais alors que faiiire ? Réfléchir ou s’en battre les couilles ?! ^^

  • Victoria dit :

    J’ai hésité à commenter parce que je ne vais probablement rien dire de très inspirant ni faire avancer quoi que ce soit, mais je voulais juste te dire que j’ai aussi cette impression de tourner en rond, d’uniformisation etc. Je suis également en pleine période de réflexion à propos des blogs et plus particulièrement du mien. Même si mon contenu assez diversifié me permet de m’éloigner un peu de l’ennui vite arrivé dans les blogs purement de mode ou purement de beauté, j’ai le sentiment de ressembler à tout le monde. Je chéris les moments où je peux parler de découvertes personnelles et de choses un peu particulières, parce que sinon je rajoute juste un grain de sable sur une dune immense de déjà-vus, c’est un peu lassant à la longue. Et même dans l’autre sens, quand je tente d’innover un peu, que ce soit dans la présentation, le type d’articles, etc… je revois bien vite le même genre de choses sur d’autres blogs.
    Et en fait, en y pensant, je crois que c’est parce que la blogo est un cercle trop fermé. Tout le monde se lit entre soi, se commente entre soi, s’inspire entre soi. Comment l’inspiration et l’originalité peuvent-elles trouver une place dans un climat si étouffant?
    Alors je me dis qu’il faudrait que je lise un peu moins souvent mes blogs préférés. Ou alors que j’en lise d’autres, ne serait-ce que pendant un temps, pour trouver quelque chose de différent. Mais aucune des deux solutions n’est facile ni surtout sûre au niveau de l’efficacité. Alors je ne sais pas, je me dis qu’il faut que j’alimente mon quotidien non-bloguesque de plus de choses inspirantes pour ne pas avoir à chercher mon imagination par ici, et que mes lectures soient seulement des instants de plaisir, et pas des « formatages » de mon monde intérieur.

    Voilà, peut-être que cette réflexion partagée t’aidera à continuer ton raisonnement!

  • Je reviens sur deux choses :
    la critique en premier lieu : quand on passe du temps sur un billet, elle est souvent dure à accepter. Le  » oh ben casses toi si t’es pas content » est tentant. Je fonctionne parfois comme ça ( à tort), parce que je pense qu’un blog est quand même un espace personnel qui est censé me représenter. C’est quand même pour ça qu’on fait un blog à la base.
    Après, bien sur, si je passe mon temps à mettre des photos de bureaux, sans qu’il y ait plus de recherche derrière, ça va vite souler. Il faut savoir se remettre en question sans se perdre pour autant. Prendre en compte les commentaires des lecteurs sans pour autant se perdre complètement.

    Deuxième chose – La spontanéité. Personnellement, je me prends pas la tête à savoir si j’ai une photo pour illustrer un billet. L’un de mes derniers n’en contenait pas, eh ben je l’ai publié quand même.
    Je pense qu’il faut faire des tentatives. Voir ce qui marche, ce qui ne marche pas. Et surtout voir ce qui te plaît.
    Un blog où la personne se force, ça se voit vite. Et c’est dommage.

    Miss pavé, bonjour..

  • Audrey dit :

    He bien, ça me fait plaisir de voir que je ne suis pas la seule à me galérer avec l’écriture de mon blog ! Et pourtant j’écris très peu, surtout quand je compare avec toi. Les gens lisent-ils vraiment le texte ou regardent-ils seulement les photos ? Voilà un autre débat.
    [Désolée de ne pas répondre concernant le sujet de ton article très intéressant d'ailleurs, mais tu sais que la cuisine c'est pas trop mon truc, je laisse les réflexions aux gens qui s'y connaissent ;)]

    • Parigote dit :

      Et bien curieusement, ici, j’ai bien l’impression que les gens lisent ! (Du moins dans les commentaires ça se voit !) Alors que sur mon ancien blog c’était parfois flagrant que non !
      Ca m’étonnes toujours quand répond à ce que j’ai crit en début du billet dans un commentaire ^^

  • Lilo dit :

    Je n’ai jamais posté chez toi, mais le sujet que tu abordes ici me donne envie de commenter, forcément ;) Attention le commentaire est long !
    Avant toute chose, je te trouve que tu as fait énormément de progrès depuis ton tout premier blog. De base, je crois qu’il est important de se féliciter et de voir le chemin que l’on a parcouru. En revanche, pour avancer, il est en effet nécessaire d’avoir un esprit critique sur ses photos. Tu aimerais que tes lecteurs te fassent des « critiques » sur ton travail, mais tu sais, les gens viennent avant tout pour chopper de bonnes recettes et voyager visuellement, pas pour commenter ton travail photographique (ou alors, ce n’est pas un blog de recettes, mais un blog de food styling) !

    Je pense que c’est à nous de faire le point sur nos envies, ce vers quoi on veut tendre, de nous trouver un univers photographique qui nous corresponde et dans lequel on se sent bien. Et c’est ça le plus dur :) Car en surfant sur les blogs réputés comme La Tartine Gourmande ou Cannelle et Vanille, on est tenté de les copier, c’est tellement beau ! D’ailleurs, petite parenthèse, je suis sidérée de voir à quel point leurs billets sont quasi dupliqués :( (je te rejoins tout à fait Poupée artichaut)… Le même tissu Liberty à fleurs blanches sur fond turquoise ou gris ardoise, la vaisselle japonaise, les couverts avec des manches imprimés à pois ou à carreaux, la papillote de fruits (Cannelle & Vanille le 21/06, la TG le 10/07…), les petites filles prises en photo avec un panier remplis de fraises, les mêmes couverts jetables en bois. C’est hallucinant franchement.

    Ces blogs peuvent de prime abord donner des complexes et c’est tout à fait normal. Mais si on remet les choses à plat, est-ce que nous faisons pour autant leurs recettes au stylisme hyper chiadé ? Pour ma part, je n’ai jamais fait leurs recettes, pour la pure et simple raison que leurs images ne m’ont pas indirectement convaincues (et que l’on ne me dise pas que je suis jalouse, on a le droit de critiquer les bons ou les faux-bons ^^). Trop irréelles, trop parfaites, bref, ces photos ne ressemblent pas à ce que l’on ferait nous-même à la maison. De plus, la vaisselle et les tissus sont tellement beaux qu’on en oublie le plat (la vraie star). Ces accessoires doivent sublimer la recette, pas la faire disparaître visuellement.

    En ce qui me concerne, je ne vais pas nier que je passe du temps à faire les brocantes, à commander des tissus ou de la vaisselle sur le net. J’adore cette partie du métier, plus « artistique ». En revanche, elle ne représente que 10% de mon temps de travail ! Le reste est avant tout consacré à l’essentiel : LA CUISINE. Trouver des recettes originales ou simples mais fiables, donner les clés pour réussir tel tour de main, parler d’une bonne adresse ou d’un produit, bref, se consacrer avant tout au fond plus qu’à la forme.

    J’ai travaillé pendant un an sur un nouveau projet d’édition. Durant tout ce temps, je n’ai quasiment pas surfé sur les blogs pour faire de la veille photographique. Depuis que je refais surface (le livre est terminé, enfin), je me suis remise à surfer sur ces blogs… Et j’ai détesté ma première réaction, basique, « oh là là, leurs photos sont splendides, les miennes sont moches à côté ! ». Ma seconde réaction « bah, tu ne vas pas faire comme elles, ton crédo, c’est le goût avant l’esthétique ». Ma troisième réaction « il ne faut pas pour autant négliger le stylisme, les lecteurs veulent aussi voyager à travers les photos ». Voilà, je crois qu’il faut être pondéré, ne pas se mettre la pression, avancer néanmoins techniquement, mais garder à l’esprit que l’objectif de la photo est de donner envie au lecteur de faire la recette.

    Enfin Parigote, je suis persuadée que tu peux prendre de belles photos de plats en sauce ;) Tu peux t’entrainer à refaire à l’identique le pot-a-feu de Saveurs par exemple, pour appréhender les difficultés techniques et ensuite chercher à le rendre différent ;)

    • Lilo dit :

      @Lilo, Je me permets de rajouter un peu d’eau à mon moulin au sujet des plats en sauce, des viandes mijotées et autres recettes peu photogéniques, étant donné que les commentaires suivants en parlent ;) Je ne suis une pro de ce type de photos mais j’ai quelques conseils qui, je l’espère, vous aiguilleront un peu. Pour rendre ses plats appétissants, il faut d’abord mettre les morceaux en entiers dans une petite cocotte (après les avoir « égouttés »), ajouter la sauce tiède au dernier moment et décorer avec des herbes. Les morceaux sont ainsi bien visibles, la sauce reste luisante sans pour autant masquer la viande. Voilà ;)

  • clotilde dit :

    Merci pour ce billet et pour la réflexion/discussion qu’il inspire.

    En ce qui concerne les photos de mon blog, je n’ai jamais eu d’autre ambition que d’illustrer mon propos ou ma recette, ni plus ni moins. Je me donne un minimum de mal pour la lumière et la composition pour que ça donne envie, mais j’ai peu de patience pour les petits tissus à fleurs et les rubans noués négligemment ici ou là. Dans l’ensemble, c’est « what you see is what you get » : comme je le sers, comme je le photographie.

    Je trouve assez indigestes à la longue les photos culinaires over-stylées qui ne ressemblent absolument pas à ce que quelqu’un d’à peu près normal ferait dans la vraie vie, tout comme les blogs qui proposent exclusivement du joli et du sucré, à l’exclusion de toute « vraie cuisine » : c’est sûr, c’est sympa les desserts, mais généralement je mange autre chose avant. :)

    Et je partage ta frustration concernant les plats qui ne sont pas photogéniques, ou les recettes pour lesquelles je n’ai simplement pas de photo à proposer pour diverses raisons (pas le temps, pas l’occasion). Il m’est arrivé de publier quand même, mais ça suscite infailliblement des réactions du type « et tu n’aurais pas une photo à nous montrer ? » Je comprends tout à fait (« A picture is worth a thousand words » dit-on en anglais), mais ça donne l’impression qu’un billet sans photo est un sous-billet, et ça dissuade un peu.

  • Eh bien justement, c’est l’écriture qui est la plus facile pour moi, les mots me viennent si facilement que mes doigts sur le clavier ont du mal à suivre… du coup je m’éclate et je suis obligée de me freiner pour ne pas écrire des pavés, pour ne pas trop me dévoiler! Pour la photo, j’en fais des tonnes depuis des années, mais la photo culinaire c’est plus nouveau: je suis très critique avec moi même et souvent insatisfaite… du coup j’y passe un temps fou car je ne veux pas faire de retouches… Quant au sucré (pas ce que je préfère), je pourrais m’en passer. j’ai beaucoup de recettes de poissons et fruits de mer qui correspondent plus à ma cuisine de tous les jours, et ce n’est pas toujours facile à photographier! Merci pour ton article qui arrive à point dans ma réflexion sur la photo culinaire et sur ce que je veux exprimer. Je me sens malgré moi influencée par tout ce que je vois sur les blogs et dans les beaux magazines… Je fais les photos dans le style de ce que j’aime voir, de ce qui me donne envie de faire la recette, mais j’aime surtout raconter une histoire, parler du contexte et des circonstances, de mes voyages, de mon environnement! Bises…

  • cooking_mymy dit :

    je découvre ton blog grâce à cet article sur la photo culinaire, et ton point de vue est très interessant. C’est vrai que sur les blogs, on a tendance à ne pas critiquer, pourtant la critique c’est ce qui fait avancer. Je pense d’ailleurs que ca marche pour tout les blogs de création en général. Pour ce qui concerne la culinophotographie (lol j’adore ce mot) personnellement je viens de m’y mettre (blog tout récent) et pour le moment mes photos ne ressemblent pas à grand chose, j’aimerais progresser, et tant pis si je montre un bout de viande ou un gratin mal cadré, j’essaye de faire au mieu pour trouver une image qui donnera envie de manger ce plat. Et je suis d’accord avec toi, il y a beaucoup de rose, de plat en porcelaine, de cupcakes etc, mais dans la vraie vie, je ne mange pas toujours dans de belles assiettes. J’ai presque l’impression aussi que bcp de personnes postent des recettes avec de très jolies photos, mais ce n’est pas sur que ce soit aussi bon que beau. Les photos ressemblent plus à du faux-semblant maintenant. bref je vais pas faire un gros pavé comme toi=) à bientot et promis si tu veux de la critique, y’a pas de soucis! pas de progrès sans critique :)

  • J’ai lu tout le pavé et l’ai trouvé très interessant.

    Je m’y suis retrouvé un peu car je me suis mise à un projet de photo de rue (street photography now project)et je met mes photos sur mon blog et sur flickr dans le groupe dédié à chaque instruction. Je n’ai presque pas de retour sur ces photos sur mon blog alors que sur flickr, j’ai des retours souvent bons (si je n’en ai pas, c’est que la photo n’était pas terrible)et parfois avec des conseils et ca fait vraiment plaisir d’avoir un retour sur ses photos!

  • marie chioca dit :

    Bonjour,
    Alors moi j’arrive vraiment après la bataille, car cela ne fait que 2 mois que je prends le temps de visiter les blogs culinaires. Non pas que cela ne m’intéressait pas auparavant (je suis tout de même auteur culinaire), mais parce qu’on s’était promis avec mon mari de ne pas « perdre » de temps avec internet alors qu’on a déjà bazardé la télé pour mieux s’occuper de notre petite tribu de « z’amours » (on en a 6…).
    Mais je ne peux pas résister, et si certains blogs virent parfois un peu au passage de pommade mutuel (mais c’est tellement humain), il y en a certains qui sont de purs plaisirs. A l’image de celui-là, en toute sincérité.
    En fait, si je réagit à ce billet, c’est que je suis moi-même un peu blasée de voir l’omniprésence de ces photos « flou-net » ultra lumineuses, certes très très jolies, mais manquant vraiment d’originalité. Cette mode passera t-elle? Peut-être. Le flou-net est intéressant quand il fait passer quelques chose, une émotion, une dose de mystère, de douceur. Mais j’approuve à 100% ton regret de ne pas oser photographier de bons plats en sauce, ou autre délices si peu photogéniques, du moins pour nos critères actuels. Car c’est un fait,les photos « gloubi-glouba » ne sont ni très en vogue, ni très attirantes. Comment ré-orienter nos photos? Peut-être en évitant de tomber dans le systématisme. Parfois du flou-net très lumineux, parfois du clair-obscur, parfois du très gros plan sur une texture, la brillance d’une sauce, le velouté d’un fruit…
    Et pourquoi pas quelques photos un peu « tadaaaaam », du genre gâteau avec petit ruban en organdi, un peu kitch mais tellement jolie… Le tout, c’est de se faire plaisir. Et c’est ce que te souhaite!

  • gracianne dit :

    Tres lucide ce billet, les commentaires aussi d’ailleurs. Tu dis tout haut ce que tout le monde pense je crois, a bas l’uniformisation et la surexposition. Il nous manque un peu d’originalite.
    Cela dit, tout le monde n’est pas photographe, et je crois qu’il faut pour cet exercice etre a la fois gourmand et avoir l’oeil pour transmettre cette gourmandise de l’instant.
    Je ne suis que gourmande, et souvent je me dis, a quoi ca sert tout ca? Les autres font des photos tellement plus jolies, plus lechees, mieux cadrees, etc. En meme temps, j’essaie, et il y a du plaisir dans les quelques progres, dans cette quete infinie (et vaine, probablement) de la capture du gout par l’image.
    Se faire plaisir, avant tout. Et peut-etre comme on l’a dit plus haut, remettre de l’humain dans tout ca, arreter les natures mortes. En meme temps, comme en general on est a la fois cuisinier et photographe, c’est un peu complique de se prendre soi-meme en train de touiller une sauce (peut-etre un peu egocentrique aussi)…

  • Mingou dit :

    Ta réflexion est intéressante.
    Enfin quelqu’un qui exprime tout haut ce que je pensais tout bas de l’uniformisation des photos culinaires et de la tendance Tartine Gourmande – Tartelette – Cannelle et vanille qui nous envahit (que ce soit clair, je trouve leurs photos sublimes et suis toujours en extase devant, mais je me contente de les regarder sans jamais faire les recettes). Cela dit, je ne sais pas faire des photos comme ça, et c’est bien que ça existe. Après tout, tous les styles ont droit de cité. Mais c’est cette tendance générale à l’imitation qui m’agace.

    En ce qui me concerne, le but ultime d’une photo culinaire, c’est de donner envie. Pour moi, ça passe beaucoup par les textures : le moelleux/fondant d’un gâteau, l’onctuosité d’une crème, la viande longuement mijotée qui se détache presque toute seule, la pâte feuilletée qui s’émiette… Bref, ce genre de choses qui sont les éléments déclencheurs… Je ne suis pas du tout sûre d’y parvenir, mais en tout cas, c’est ce vers quoi je tends. Après, comme j’ai l’impression de tourner en rond et de ne pas progresser du tout, je m’échappe un peu avec le dessin… Enfin, on fait ce qu’on peut.

    (Tu ne vas quand même pas t’excuser pour la taille de ton texte…?)

  • Camille dit :

    Au final, gens, soyez comme moi : faites des photos moches (enfin, faites des photos sans réfléchir à la mise en scène) et le monde sera sauvé.

  • Mingou dit :

    J’allais oublier une chose : bon courage pour ta quête ! J’espère que ta période de réflexion sera fructueuse.

  • Sophie dit :

    Passée ce matin sans avoir eu le temps de laisser un commentaire. Je reviens maintenant et j’ai eu le temps de lire tous les commentaires :) !

    Je connaissais ton blog d’avant et je peux te dire que tes photos ont pris du poids dans la composition et dans leur qualité. Sans te passer de la pommade, je trouve dans tes photos de la douceur, de la délicatesse et de la gourmandise : elles font vraiment envie et je me surprends souvent à dire > hum, ça a l’air bien bon ! + j’arriverais jamais à faire comme elle.

    Me concernant, je suis assez complexée par mes photos que je trouve honnêtes mais pas vraiment extraordinaires. Je me dis toujours que lorsque j’aurais un reflex elles seront bien mieux, bien plus belles. Et je pourrais faire d’autres choses qu’avec bridge (qui reste malgré tout un bon appareil lorsque l’on débute). En même temps, est-ce que cela changera quelque chose à mon blog. Probablement pas ? Mais j’aurais la satisfaction personnelle de pouvoir me donner le choix de progresser en technique.

    A propos de l’uniformisation des photos, je rejoins beaucoup les avis de Lilo, Mingou et Gracianne. La TG que je regardais sous tous les angles (photo et textes) il y a quelques années ne me fait plus d’effet. Pire, je trouve toujours les mêmes nappes fleuries, les mêmes couverts… et je m’échappe. C’est un comble, moi qui photographie quasiment tout le temps les plats dans une assiette blanche !

    Le blog reste un espace d’expression personnel où tous les styles sont permis. Mais il doit rester dans la spontanéité, sinon on fait un site ou un livre. Et puis, il faut que ce soit vrai. Je rejoins Clotilde sur ce point.

    Je suis certaine qu’avec tous ces commentaires (j’avoue que je n’apporte pas grand chose) tu vas trouver des pistes de réflexion. La texture me semble une bonne approche ou bien le noir et blanc pour modifier la donne. Tit de Num Num Birdy en fait régulièrement et je trouve le résultat intéressant et différent.

    En tous cas merci d’avoir lancé ce sujet. Continue surtout à te faire plaisir sans prise de tête !

  • maryophoto dit :

    Bonjour, je n’ai pas eu le temps de lire tous les commentaires mais j’apprécie votre réflexion et notamment celle sur le fait que les blogs ne sont pas toujours un espace de réflexion.
    Effectivement, je pense qu’il est parfois difficile de conseiller quelqu’un qu’on ne connaît pas et qui a parfois sa sensibilité.
    Les avis restent souvent consensuels ou »de base ». Je m’explique,les personnes n’argumentent peu ou prou leur c’est beau (ou pas d’ailleurs) mais peu me semblent dans la discussion. Il est vrai que la critique est parfois dure à entendre mais quand elle est bien faite, elle peut être constructive. J’ai récemment pu observer une bataille bien rangée entre bloggueuses où l’une avait envoyé un message pour dire combien elle appréciait le travail que l’autre faisait mais que depuis peu ça n’allait plus et qu’elle se perdait. La réaction a été on ne peut plus violente alors que la critique avait été envoyée par mail et était plus que respectueuse et argumentée à mon sens.
    Se poser des questions sur son travail, c’est rebondir et vouloir avancer. La réflexion sur la photographie est une excellente chose et peut s’étendre à toute la photographie.
    Bien sûr, on est toujours tenté de s’inspirer des uns ou des autres mais le jour où vous saurez que vous pouvez regarder le travail des autres et juste en apprécier la valeur sera le moment où vous aurez trouvé votre style.
    La photographie est d’abord votre regard sur votre cuisine telle que vous la ressentez mais on note bien que vous avez envie d’aller au delà et c’est bien vers là qu’il vous vus dirigez. Essayez de faire vos recettes sans prendre de photos. Puis revenez-y petit à petit.
    la photographie est l’art de l’instant pas de l’instantané mais de l’instant et de l’émotion.
    Que ce soit culinaire, de mode, photoreportage, coulisses, portrait, à un un moment vous avez ressenti une émotion (bonne ou mauvaise) et vous avez déclenché votre appareil.
    A vous de trouver l’exact instant, l’étincelle de la bonne émotion, celle que vos souhaitez nous transmettre. et bien plus que de belles choses, ce sera vous que vous aurez trouvé, le chemin est dur et parfois long mais vu votre réflexion, je vous fais confiance, vous y arriverez.

  • Steve dit :

    Bon voilà, je vais écrire un autre commentaire car hier soir les mots me manquaient.

    Tout d’abord, tu as raison, tu n’as pas à t’excuser de ne pas mettre à jour ton blog assez souvent, ce n’est pas un job, ce n’est pas un devoir. Je ne sais pas si je me suis déjà excusé sur mon blog pour cette raison mais étant fan de certains blogs, je suis souvent déçu de voir qu’ils ne sont pas mis à jour en temps et en heure. Par exemple, juste avant que tu postes ce billet, sache que j’ai cliqué sur ton adresse une fois par jour pour voir si y a des nouveautés…(de passage, ton RSS ne fonctionne pas, can you do something ?), je ne te demande pas des excuses bien sûr mais ça me fait plaisir que tu alimentes ton blog.

    La cuisine et la photo sont mes passions, tout comme toi et les lectrices ici présentes, et en ouvrant un blog, je dévoile une facette de moi pour partager mes envies et aussi pour essayer de faire « rêver ». Sans cela, à quoi bon bloguer ? J’écris ma recette dans un cahier, je colle une photo à côté, je referme le cahier et je le glisse dans le fond de mon tiroir puis basta.

    Deuxième point, je suis assez confus quand tu dis que tu voudrais que les lecteurs soient plus critiques envers tes photos… c’est un blog de cuisine que tu tiens, on peut éventuellement critiquer tes recettes mais critiquer tes photos serait « hors sujet ». Pour moi, elles sont là pour illustrer les recettes. Si c’est joli, tant mieux, sinon, c’est juste une illustration.
    Cela m’a étonné quand tu as écris quelque part que tu n’aimes pas trop Flickr. J’ai beaucoup appris là bas et leur système de « mise en favoris » est assez révélateur. Je me rends bien compte de ce qui plait et de ce qui ne plait pas dans mes photos. Y avait même un groupe où tu pouvais soumettre tes photos pour recevoir des critiques…les gens sont sans pitié mais les admins n’y sont plus trop actifs car critiquer c’est du boulot quand même. C’est juste mon avis.
    Quant aux tendances, c’est marrant car la semaine dernière j’ai eu une overdose. Je me rappelle qu’au tout début quand je me suis intéressé à la photo culinaire, je me suis dit que ça ne servait à rien de faire trop de chichis avec des vaisselles, tissus et autres accessoires car ce qui compte c’est la bouffe elle-même. Mais j’ai bien sûr fini par attraper le bug et ma chambre ressemble au jour d’aujourd’hui à une brocante. Au moment même de cuisiner, je me prends déjà la tête à savoir comment présenter le plat ou le dessert, quel plat utilisé ? quel fond ? quel tissu ? quel couvert ?. C’est une vraie perte d’énergie et ça finit forcément par bouffer la créativité… J’ai atteint un tel niveau d’overdose que j’étais à 2 doigts de tout arrêter.

    Bon, j’ai l’impression d’avoir écrit beaucoup de « moi, je », « moi, je » donc je m’arrête. Si seulement j’arrivais à être aussi bavard sur mon propre blog, ça serait bien.

    Au final, je rejoins tout le monde, il faut se faire plaisir, changer de style photographique quand on veut (comme quand on veut changer de fringues … c’est une histoire de mode après tout), chercher d’autres choses à apprendre pour progresser et enfin, ne pas se prendre au sérieux sinon on perd le plaisir et là ce sera la fin d’une passion…c’est la chose que j’ai fini par me dire à moi-même la semaine dernière lors de mon pétage de plomb.

    Désolé pour le pavé et merci pour ce sujet intéressant.

    En tout cas, bonne continuation à toi Parigote et poste vite un autre billet là !

    • Parigote dit :

      [Je suis étonnée pour mon flux rss, tout semble fonctionner par ici. Qu'entends-tu par il ne marche pas ?]

      Alors par contre, petite rectification, je ne considère pas mon blog comme un blog de cuisine. Certes j’ai beaucoup de mal à définir quel type de blog c’est, mais je sais que je n’ai pas envie de le cataloguer comme blog de cuisine. C’est bien trop réducteur à mon goût car je parle aussi de beaucoup d’autres choses que de cuisine. Et je le considère d’autant moins comme un blog de cuisine que sur les billets culinaires, ce qui prévaut pour moi c’est l’intérêt de la photo et non de la recette. C’est justement ce point-là qui me soucie aujourd’hui ^^

      Pour flickr, je faisais référence à sa navigation ! Au contraire, les groupes flickr sur la photo culinaire (uniquement en anglais à ma connaissance) sont une mine d’or et la critique y est bien plus saine et exprimable qu’ici ! Je dis juste, que le monde des blogs est un monde tellement fermé, que ça ferait du bien d’avoir des gens qui critiquent un peu (en positif comme en négatif) mais en tout cas qui argumentent leur propos (et pas seulement de dire « whaouuu c’est troop beau », ça devient sclérosant à la longue ^^).

      Pour le prochain billet, va falloir être patient ! Je suis en mode pré-vacances là, je tourne au ralenti !

  • Steve dit :

    Ah ok ok ! Excuses si j’ai mal compris ton message.
    Les « waou c’est beau » peuvent justement venir des novices émerveillé(e)s, je trouve que c’est bien de faire rêver…. ensuite bon, y a des gens qui écrivent ça juste pour commenter.
    A l’avenir, j’essaierai de commenter sur tes photos alors mais faudra pas m’envoyer bouler hein ?!

    Quand j’appuie sur ton bouton RSS, y a rien qui se passe. Sorry, je viens juste de découvrir à quoi sert le bouton RSS , ça a marché avec les autres blogs mais pas avec le tien. Il y a peut etre quelque chose que j’ai pas capté alors.

  • Gen dit :

    Moi je le trouve bien intéressant ton pavé. J’en suis encore au stade où j’expérimente et j’apprends parce que je ne suis pas aussi douée en photo et je n’ai pas assez d’expérience. Mais je suis d’accord sur le fait que ce qu’il y a de plus difficile c’est de retranscrire le moment, de le partager, de capter les choses pour les garder. J’aime la simplicité autant que les belles photos travaillées mais c’est parfois difficile de la trouver cette simplicité. En tout les cas j’apprécie ton travail!

  • Lindsey dit :

    Bravo pour ce billet honnête et sincère. Personne ne te reprochera de prendre le temps de te retrouver dans la photographie – au contraire, je pense qu’on aimerait justement voir comment tu évolues – c’est vachement plus intéressant comme ca :) On te souhaitant du courage…..

    Lindsey

  • Marion dit :

    Bravo pour ce billet, vue la longue liste de commentaires, le débat est justifié !

    Je ne suis pas bloggeuse culinaire moi-même, mais je suis pas mal de blogs culinaires, avec une démarche rigolote : j’ai une liste de sites pour les « belles photos » qui me font rêver un peu, et une autre liste de sites « moches » pour les recettes quand je suis en panne d’idées ou que je cherche quelque chose de précis… Comme quoi, les 2 sont difficiles à réunir !

    Là où je peux t’aider davantage, c’est sur l’aspect « progression photographique ». Je suis photographe (pas du tout en photo culinaire). En photo (comme en tout), il arrive toujours un moment palier où on a l’impression de ne plus faire de progrès, et où on veut faire les choses différemment… différemment de ce qu’on fait d’habitude, et différemment des autres. C’est bon signe ! Mais comment faire ?

    Un très bon « déclencheur » pour moi a été un exercice demandé par mon prof de « créativité » (tout un programme !) lors de ma formation photo. L’idée était de nous aider à nous trouver un style (le graal de tout photographe : un style immédiatement reconnaissable, une « touche » vraiment personnelle). L’exercice : se donner un thème, et faire 4 séries de photos sur ce thème. Des vraies séries où on se creuse la tête, hein, donc en 4 prises de vue séparées dans le temps, dans notre cas environ un mois à chaque fois. A la première, tout le monde fait du « classique », à la 2ème, on change un petit peu. Mais bon, il y a encore 2 autres séries… La 3ème est en général déjà très différente, et la 4ème… waouh !

    Donc, si le défi personnel t’intéresse, je te propose :
    - de faire une bonne pause pendant les vacances, sans te prendre la tête !
    - en rentrant, de choisir un thème (ici, par exemple une recette, et pourquoi pas une recette challengeante comme une viande en sauce ;-)
    - et de faire 4 séries de photo là-dessus.

    Rien que sur la viande en sauce, j’ai déjà plein d’idées complètement différentes !

    Plein de bonnes choses pour la suite !

    Marion

  • Passionnant ton article et les réactions qu’il a engendré. J’admire les photo de stylisme cuinaire et prends toujours plaisir à surfer sur les beaux blogs qu’ils soient bien écrits ou bien photographiés mais je partage tes interrogations. Pour moi, ta réflexion induit deux niveaux de questionnement. D’une part la question du style à proprement parler mais surtout d’autre part ce que nous attendons d’un blog.
    Concernant le style des photo, c’est comme pour toutes les modes ou même les courants artistiques, on a eu des précurseurs avec une vision nouvelle de la photo culinaire, et puis on s’en lassera et de nouvelles visions émergerons. En attendant les copier, permet de trouver un style et de progresser. Mais au-delà du ras le bol pour un style précis, le blog est vraiment un outil paradoxal et desfois j’ai l’impression qu’on se regarde vivre plutôt que de vivre pour de bon. Là où le blog avait une fonction de partage ou au moins un rôle pratique (carnets de recettes…), il est devenu esthétisation du quotidien, un peu étouffante. Il m‘est arrivé plusieurs reprises de découvrir de super endroits mais de me sentir frustrée de ne pas pouvoir les partager ou plutôt de ne pas pouvoir me les approprier en écrivant un billet dessus ou des les prendre en photo. En même temps que je vivais une expérience, je pensais déjà à la manière dont je pourrai la réécrire ou la mettre en scène comme si ce qui n’était pas réapproprié n’était pas vécu. A une époque où nous sommes si submergés par les images, la question que tu poses sur leurs fonctions me semble essentielle. Je n’ai pas plus de réponse que toi, c’est sûrement une question de difficile équilibre à trouver, à tâtons.
    En attendant,j’espère que tu nous feras partager les évolutions de ta réflexion.

  • [...] billet fait suite à celui de Parigote « Mais pourquoi est-ce que je photographie mes plats ? ». Si vous ne l’avez pas encore lu, [...]

  • Susana dit :

    Je suis si d’accord avec toi!
    Moi non plus j’ai compris jamais les excuses des blogueses qui ont disparu quelques jours, celles qui annoncent qu’elles partent en vacances et pourtant tan pis pour vous je ne publierais pas…les photos avec un planche de bois de fond, des couverts anciens..etc…il m’arrive à plus voir la différence entre une et autre. (Encore que je les respect)
    Aussi d’accord avec toi de la difficulté d’écrire, moi que des fois j’ai incontinence verbale, quand j’écrit j’ai du mal a m’exprimée.

    J’ai bien aimé ce billet et bien sure je suivrais dans ta la prochaine étape de Culinographie.

  • Edda dit :

    J’ai tout lu…y compris les commentaires. Et comme toujours j’aime ton humour, tes réflexions intelligentes (tu vois, je ne viens pas que pour les photos)
    Je ne serai pas originale en te disant que j’aime beaucoup tes photos, elles sont expressives et des fois je t’imagine derrière l’objectif ;-)

    Ce que tu dis est très intéressant et, quelque part, révélateur. Mais je pense aussi qu’il est normal et sain de se poser des questions, d’aller rechercher la petite flamme, le moment qui nous faisait plaisir. L’uniformisation est un problème général pas que dans la photo, c’est à nous de trouver notre voie (très difficile à mes yeux et peut-être comme tu dis il faut prendre de l’oxygène ailleurs).
    En plus, je trouve que la photo culinaire est difficile, il y a beaucoup de contraintes et pas forcement mille façon de s’exprimer.
    Personnellement, je vis mes photos par phases (beaucoup de down) et j’essaie de me raisonner et relativiser. Les talents des autres donnent parfois le vertige.
    Je viens de travailler de longs mois sur un projet éditorial et les nombreux doutes ne concernaient pas que mes photos mais aussi l’écriture (et là c’est plus profond). Puis finalement il faut se dire que c’est nous, avec nos qualités, nos limites, notre personnalité. Tant pis, personne n’est parfait et dans un blog de cuisine c’est la recette, le message, qui compte (ça c’est dans les moments optimistes).
    Par contre, il faut que ça reste un plaisir, la petite passion qui nous excite, l’envie de cuisiner, de manger, de donner aux autres.
    Dernière remarque (après j’arrête, promis) : les livres à succès culinaire ne sont pas ceux avec les plus belles photos et quelque part tout ceci est rassurant. C’est la vraie vie qui prend le dessus.
    J’espère te lire et « regarder » encore longtemps !

  • Edda dit :

    Toujours moi (pardon). J’oubliais..concernant les critiques (mais je parle à titre personnel), seules celles des pros ou en tous cas d’experts ont été constructives, m’ont permis d’avancer. Il en faudrait plus souvent même si ça reste un domaine subjectif.
    Comme Steve, j’aime beaucoup Flickr, ouvert sur le monde, on y apprend beaucoup et les critiques sont souvent précieuses.
    Bonne soirée !

  • Nini dit :

    Je suis nouvelles dans la blogosphère. Mon blogue existe que depuis 3 mois (cuisine, déco, projet)et ton billet m’a beaucoup intéressé. Que de commentaires. Il semble que tu ne sois pas seule à te questionner ;-)
    Je suis tout à fait d’accord avec toi, le blogueur à plus besoin de ses lecteurs que l’inverse. J’ai commencé mon blogue parce que j’avais envie de partager mes passions et aussi parce que j’adore faire de la photo.

    Je crois qu’un blogue sans photo est comme un livre de recette sans photo. Si je mange chez des amis, que j’aime le plat, je rentre avec la recette sur un bout de papier. Pas besoin de photo, j’aurai envie de faire cette recette. Si je tombais sur cette même recette sans photo et sans l’avoir gouter, pas convaincue que je la cuisinerais cette recette. Un blogue qui a un bon lectorat n’a pas nécessairement besoin de photo puisqu’il est lu par des «amis». Mais un blogue naissant, sans photo, sans réputation n’ira jamais chercher beaucoup de lecteurs. Le web (et la vie en général) est bombardé d’images. Un texte tout nu sur la toile c’est comme vivre dans la simplicité volontaire. C’est bien, mais parfois un peu fade.

    Je crois que la photo sert d’amorce, d’introduction. Le lecteur qui aime les photos aura envie de lire le texte. si celui-ci est bien écrit, a de l’humour, est pertinent, voir éducatif, les lecteurs reviendront. Je pense que c’est avec des textes de qualité qu’il peut se créer une communauté. Si les photos sont belles, que le blogue est bien fait, ça ajoute au plaisir.

    Personnellement, je souhaite que mon blogue soit plus lu que vu, parce que je c’est à travers les articles que je m’exprime et partage même si tout comme toi et d’autres blogueurs ci-haut, je trouve difficile d’écrire; ça m’angoisse toujours un peu. Ayant des enfants, ce n’est pas toujours facile pour moi d’avoir LA photo parfaite au moment du service. Presque toutes mes photos sont prises sur le bout de mon comptoir en quelques minutes. Je ne fais que très peu de mise en scène, je n’ai pas le temps. Il y a plusieurs photos sur mon blogue qui sont correctes, sans plus. J’essaie de ne pas trop me censurer parce que sinon, je ne posterais rien. Étant designer / illustratrice et diplômé en photo, j’ai une déformation professionnelle qui exige des visuels très beaux. Je pense qu’il faut parfois savoir se laisser aller et ne pas trop se mettre d’exigence afin d’avancer. Sinon, on perd le plaisir. Ma vie professionnelle est déjà très exigeante visuellement, je ne veux pas me mettre la pression sur mon blogue perso.

    J’essaie de de pas trop consommer de blogues car ça me rends très complexée parfois. Je ne suis que ceux qui m’allument vraiment. Mon inspiration vient surtout des magazines et des objets que je trouve.

    Au plaisir de te lire même sans photo ;-)

  • Woaw, moi qui découvre la blogosphère culinaire, je suis surprise que le sujet des photos passionne autant.
    L’un des problèmes des photos hyper léchées, c’est qu’elles découragent les débutants, non pas de faire des photos mais de faire la recette. Plus la photo est mise en scène, moins je la regarde (je ne suis vraiment pas fan du style assiettes anciennes et cie).
    Ce que je recherche dans une photo de plat, c’est un complément d’info par rapport à la recette. Je ne cherche pas à donner du beau à mon lecteur, je veux montrer que la recette est faisable s’il est une quiche en cuisine (comme moi).

    PS : faut pas s’excuser de son rythme de parution, en effet ;-) on fait comme on peut. Comme je découvre ce blog, je guetterai les prochaines parutions dans mon reader rss (le flux fonctionne très bien chez moi).

  • julien dit :

    Je n’ai pas lu les commentaires précédents, juste le billet, voilà mon ressenti (et je cross-post chez MylittleBliss pour la peine) :

    Le problème des blogs culinaires, c’est que c’est la course à l’armement, on veut faire des photos sooooo cutyyyyy comme ses copines, encouragé dans cette entreprise par des commentaires carrément conciliants, voire mièvres, et sans un gramme d’objectivité en tout cas. Bien souvent parce que son lectorat est non connaisseur ou non professionnel, et donc qu’il est assez facile de l’épater. Quant aux commentateurs qui pourraient faire un commentaire objectif, souvent ils s’abstiennent car bien souvent ça ne mène à rien (le blogueur est suscepible ;) ).

    C’est le système de blog qui veut ça, on ne peut pas critiquer sans se faire tomber dessus, et les auteurs deviennent accro aux commentaires positifs. Ça rassure, ça valide le contenu. L’envie de faire partie de la Grrrrrande blogosphère joue aussi, et on se force à être dans un style (ou alors on l’adopte inconsciemment), on essaye de faire plein de posts, on travaille pour ses lecteurs, pour les classements, pour les autres… et on oublie de faire les choses bien. On est enfermé dans un monde totalement consanguin ou on se congratule mutuellement sur toutes ces « trooooop-mimiiii-j’adore photos ». Prise de risque : 0. (mylittlebliss le résume bien dans son post)

    Une des méthodes pour se sortir de là c’est de faire quelque chose pour soi au lieu de se demander ce que va dire de nous tel autre blog ou tel autre lecteur, et d’envoyer chier les stats. C’est toujours une stratégie gagnante au final.

    pour les photos à proprement parler, c’est une prise de conscience difficile à faire, donc bravo, mais moi aussi je suis lassé des photos culinaires de blogs de filles :) Ok elles sont très « jolies », mais souvent les ressorts utilisés sont très facile : bokeh de taré(hélas souvent aléatoire)avec un 5D tout frais (^^), mêmes matières, belles couleurs, et après ?

    Souvent la technique photographique n’est pas maitrisée, et si ça jette de la poudre aux yeux d’un amateur, un pro ne d’y trompera pas. « Mettre du flou » ne constitue pas pour moi une réflexion photographique poussée ! :) (et je m’arrache les cheveux sur tous les commentaires du style « olalala ça donne envie de s’acheter un reflex » GNIIIIIIIII)

    Donc bravo pour la remise en question et la prise de conscience, c’est rare, attention de ne pas tomber dans une autre mode, et surtout ne faites pas les choses en fonction des autres, variez vos inspirations, et vous trouverez votre style. Et aussi il faudrait rajouter un peu de burnes dans ces photos (au figuré bien sûr) car je crois qu’on a effectivement atteint la limite du « blog de photos de cuisine de fille avec une ambiance douce et légèrement rosée, du flou de pdc et une mise en scène « campagnarde chic » authentique et à la fois tellement mignonne et raffinée ».

    My 2 cents ! (le but était de critiquer non ? ;) )

    (PS : j’ai un blog, je ne poste quasiment jamais, je dis ce que je pense, fait ce que je veux, et les gens viennent quand même. il ne faut pas chercher à plaire, et on trouve un public authentique, et on fait ce que l’on aime, sans avoir peur de changer de style)

    • Parigote dit :

      Rhalala, quelle efficacité dans ton propos !
      Je pense (mais ça c’est la psy en moi qui parle) que pour faire évoluer son style, il s’agit aussi de comprendre pourquoi on fait un blog. Pourquoi on a choisi ce support pour publier photos et recettes. Et peut-être là il sera plus facile de se décrocher du style campagne douce, ou soo cuty des blogs féminins : se plaire à soi au lieu de tenter de plaire aux autres!
      En tout cas, je suis fan du concept de consanguinité bloguesque !

  • Fujiia dit :

    Heu bonjour, je m’incruste, je n’ai pas lu tous les commentaires, j’ai du m’arreter à mi-chemin.
    Tout ça pour dire: et si une inconnue comme moi, nouveau-né (-lle, -ée) de la blogosphère venait dire « dis-donc, ce coquelicot, il a rien à faire là » ou même une vraie critique intéressante, je passerai illico par la case modération des commentaires, non? Peut-on critiquer ses ainés, même quand on les admire? Même (surtout) en tant que novice, l’idée d’une critique constructive est attrayante. Eh, mais critiquer est un métier, tout comme le stylisme, graphisme, photographie, cuisine…

    Bon, ce que je voulais de plus important, c’est que toutes les blogeuses que j’admire semblent patauger en ce moment. Je crois que c’est justement ce qui fait que je les admire. Quand j’ai commencé mon blog, je suis partie du principe qu’il était de part sa nature un « work in progress ». Il est donc tout à fait naturel qu’il entraine périodes de doute, de renouveau, etc. Pour tout le monde: continuez de ne pas vous reposer sur vos lauriers!!

  • Daphné dit :

    Ce que tu nous dis là est très intéressant ! (Tu ne me connais sans doute pas, c’est bien normal ; mon blog est bien peu connu et je laisse très peu de commentaires… ^^’)
    Tu as raison sur toute la ligne ; je trouve que le style des photos culinaires qu’on juge arbitrairement « belles » s’uniformise : la planche, la luminosité, les petites fleurs, les papiers à petites fleurs, la vieille vaisselle de brocante … et j’en passe. Ce style (qui n’en est plus vraiment un…) a bien du appartenir à quelqu’un au début ! Effectivement, le rendu est très joli, mais j’ai de plus en plus l’impression de voir la même chose partout… Pourquoi ? Eh bien je pense tout simplement parce qu’il est extrêmement dur d’affirmer un « style » en photographie culinaire… Alors on copie un style qui marche. Moi la première je cherche à faire de mon mieux mais ce n’est vraiment pas facile…
    Concernant les critiques que tu attendrais, je pense que tu vas avoir tu mal à en trouver… Seuls des professionnels sont aptes à le faire, il me semble, moi la première, je ne saurais quoi redire… La qualité ‘technique’ est toujours au rendez-vous, et après, on rejoint cette histoire de ‘style’.
    Tu évoques ensuite le fait de ne publier que des recettes « photogéniques »… Je trouve cela dommage, car je pense qu’avec ton expérience tu saurais mettre en valeur même les plats les plus vilains ! Certes un tartiflette ne rendra pas super bien sur un fond rose entouré de petites pâquerettes ! Et c’est bien là encore l’idée de changer de style !
    Alors si tu changes complètement d’idéologie, change de blog ! Ou recommence-le à zéro, pour un nouveau départ… Je ne sais pas, à toi de voir ! ;D En tout cas, bonne continuation, et à bientôt je l’espère ! :)

    Daphné.

  • loukoum°°° dit :

    Merci pour ce billet et cette réflexion, voilà mon avis (ou au moins une partie^^) sur la question…

    A mon avis si au début les blogs culinaires ont marché c’est car les gens étaient lassés par les magazines qui proposaient des photos qui ne correspondaient pas à la réalité des plats: ils en avaient marre de faire la recette et de se retrouver avec un truc qui n’a rien à voir avec la photo qu’ils avaient sous le nez. Avec les blogs ils savaient à quoi s’attendre: madame tout le monde est arrivé à ce résultat, moi aussi je peux le faire et ça ressemblera à ce qu’elle a fait.

    Bon, ça c’était au début, maintenant c’est différent.

    J’aime beaucoup les belles photos super stylisées car se sont pour moi de belles photos justement mais pas pour ce qu’elles veulent transmettre (la recette), la recette on l’oublie, on regarde juste la photo, parfois on se dit même que ça ne doit pas être très bon (certes garder le pédoncule des fraises dans une tarte au fraise ça apporte une jolie touche de vert mais je doute que la tarte soit très bonne…). Perso je me dit que la recette a été pensée pour faire une bonne photo plus que pour être bonne.

    Et puis pour moi ce n’est pas la « vraie vie »: que se soit au quotidien ou quand j’ai des copains chez moi je ne présente pas mes plats sur une jolie petite serviette fleurie avec une déco de dingue tout autour. Ca fait faux.

    Même si parfois quand j’ai le temps j’aime mettre un peu plus d’application à réaliser mes photos, je ne cherche pas à faire ce genre de photo : je cherche juste à mettre en valeur le plat (montrer à quoi il ressemble, essayer de montrer qu’il est bon et si possible comme Mingou mettre en valeur les textures). Bien sur c’est mieux avec une jolie photo (simple ou originale mais jolie) mais si la photo est belle mais que le plat était très moyen, je zappe. Par contre si la photo est très moyenne mais que le plat était terrible, tant pis je publie quand même avec une photo moyenne ou alors parfois même sans photo (mais là généralement peu de gens lisent la recette ^^) car en fait je garde à l’esprit que si j’ai crée ce blog c’est avant tout pour avoir mon carnet de recettes en ligne… pas vraiment un album photo.

    Souvent je photographie le plat en très peu de temps sans artifice autour en essayant juste de faire attention à la lumière tout simplement aussi car la mise en scène (même simple) est effroyablement chronophage et que maintenant j’ai décidé de ne plus donner autant de temps à ça (et quand tu ne cuisines pas que du sucré tu as aussi pas forcément envie de manger froid).

    Sinon, je prends beaucoup moins à la légère les photos autres que culinaires (voyages, portraits, la vraie vie et le quotidien…), ça me parait plus sérieux et plus important: c’est celles là que je voudrais voir et revoir dans 10 ans, pas la photo du plat que j’ai mangé le 3 octobre 2010 ;)

    • Parigote dit :

      Huhu ben moi justement les mises en scène que tu vois sur les photos, je les fais aussi quand je reçois ^^ Et si j’avais une grande maison avec de la place pour stocker, je crois que ça serait encore pire ^^
      C’est sûr que la photo est chronophage. En fait j’aimerais faire les 2 sur mon blog : la photo simple pour transmettre une recette que je trouve vraiment intéressante et des photos avec des mises en scène plus léchées où la recette n’est qu’un prétexte pour le plaisir des yeux !

    • fanny dit :

      @loukoum°°°,

      Pauline, je trouve la juxtaposition avant/apres tres interessante. c’est vrai qu’avant (quoi? je ne sais pas, surement la multiplication des blogs culinaires) le but etait de proposer une alternative aux magazines. pas forcement de facon volontaire d’ailleurs.

      alors que maintenant, je vois de plus en plus de blogs qui justement recherchent a avoir le style presse.
      je comprends qu’avec la mediatisation de certains blogueurs, d’autres essaient de suivrent la vague, mais malheureusement beaucoup ont perdu de leur authenticite.
      comme s’ils avaient oublie qu’un blog n’est pas un magazine ou un moyen de devenir celebre.

      et apres tout – et meme si je tiens a mon blog comme a un carnet de notes (vous devriez me voir quand je pense avoir perdu (enfin jamais vraiment, juste egare) mon cahier de recettes = LA PANIQUE A BORD) – cela reste un blog. un morceau de vie quelque part sur internet. tres volatil en fait.

      bref c’est un autre debat.

      mais pour en revenir aux photos, je pense que le fait d;avoir laisse tomber mon reflex pour un vieux canon dont je me sers presque exclusivement parle de lui-meme.xx

  • [...] vous n’avez pas encore lu les derniers billets de My Little Fabric et de Carnets Parisiens, ce qui m’étonnerait quand même, je vous invite à prendre quelques minutes pour les lire [...]

  • annouchka dit :

    Je me suis éloignée de l’ordi ces derniers jours et j’ai raté ce chouette article !

    Plusieurs choses me font réagir dans ton article, alors je me lance ;)
    Déjà, je trouve que tu écris très bien, c’est un réel plaisir de te lire, c’est fluide, et puis surtout, j’aime ta franchise. Tu sais parler de tes faiblesses, de tes doutes, choses qu’on voit de moins en moins sur la blogosphère où beaucoup cherchent à imaginer un monde merveilleux plein de lapins mignons et pas forcément en accord avec la réalité. Tu vas me dire, ça dépend de ce qu’on cherche, si on veut rêver un peu ou pas, mais il y a effectivement une uniformisation des blogs en général (les mêmes photos, le même style, et pas seulement en cuisine) qui devient de moins en moins intéressante.
    Comme tu le dis, c’est un peu la faute de la concurrence, chacun veut sa part du gâteau, se faire remarquer, les stats, toujours les stats… (je ne parle pas de toi hein). Cette concurrence peut être bénéfique parce qu’elle nous oblige à nous améliorer dans notre domaine (la photo pour toi) mais peut vite avoir l’effet inverse et devenir totalement inhibante ! Et quand on a atteint ton niveau, c’est sûr qu’on doit avoir peur de décevoir son lectorat et du coup, on a peur de faire des choses moins léchées et plus spontanées…
    Je crois que parfois il faut savoir oublier son lectorat le temps de l’écriture pour revenir à des articles plus brut… Je pense que les gens apprécieront tout autant !

    Pour en revenir à tes photos, je peux difficilement critiquer ton travail dans la mesure où je ne sais même pas prendre une assiette correctement en photo… :D Mais je comprends ce que tu as voulu nous dire, je ne peux que te conseiller de tenter des choses un peu fofolles (Camille suggère un ragoût dans la baignoire…. :d)

  • marie dit :

    Je viens de lire tous les commentaires. Mon blog a plus de 5 ans… et j’avoue que ce sont les blogs de professionnels comme la Tartine Gourmande par exemple qui m’ont donné envie de faire le mien. Il ne faut pas oublier que les grands blogs culinaires anglosaxons sont tenus par des professionnels de la photo et du stylisme culinaire d’où cette uniformisation autour de la comfort food ou de la pâtisserie très photogéniques. Ce style girly champêtre change avec What kate Ate : plus sombre, plus roots, presque Nature Morte flamande, mais ne correspond toujours pas à notre façon de cuisiner très française. Il me semble impossible d’illustrer un blog de cuisine sans photo; comme il me semble impossible à un chef de ne pas penser à tout ce qu’il se passe autour de son plat : vaiselle, couverts, nappe, présentation, fleur. L’oeil et le goût sont liés fatalement. J’essaie de faire des jolies photos pour mettre en valeur les plats que je présente, forcément influencée par ce qu’il se passe dans la blogosphère et assez consensuelles. J’essaie de présenter autant de salé que de sucré et comme toi je galère pour présenter un plat en sauce ou les plats au four. C’est plus un challenge personnel sans rechercher forcément la reconnaissance (je ne suis pas mes stats et n’ait pas de pub sur mon blog).
    Bref, la blogosphère culinaire changera comme les modes…l’idée est d’avoir toujours envie de le faire et de partager que ce soit avec ou sans photo.

  • christell dit :

    Cela fait des années que je blogue, et sincèrement, je regrette vraiment cette époque où les choses étaient plus simples, plus sincères et moins dans l’apparence/ concurrence. Les filles montraient de bonnes recettes telles quelles tout en s’appliquant quand même dans la photo (sans fioriture). Après celles qui se passionnaient pour la photo ont plus évoluer vers le stylisme tandis que d’autres restaient dans le vrai concept de « partage de recettes ». Avec le temps, il faut avouer que nos personnalités et centres d’intérêt évoluent donc obligatoirement le blog aussi, d’où ton questionnement. Après je pense qu’il faut se poser la question du pourquoi on blogue ? Passe-temps ou véritable objectif professionnel ? Maintenant je sais que je blogue uniquement pour moi, c’est une sorte de challenge pour tester des recettes et m’essayer à la photo. Je bosse dans les cosmétiques, donc cela me permet de voir autre chose. Si on s’accroche aux stats, aux commentaires, pour moi, cela ne vaut pas la peine. Les vraies critiques, tu les auras chez les pros de la photo ou en faisant des concours très pointus (pas forcément culinaires). Malheureusement, maintenant un blog culinaire qui n’a pas de jolies photos n’intéresse pas les foules… et c’est dommage ! J’espère que tu trouveras une réponse !

  • *10 jours plus tard*

    Il y a 10 jours, ton billet m’a quelque peu prise de court / étonnée.
    Je ne me posais pas de questions de mon côté.
    Pourtant, mon évolution a bien changé en 4 ans (ouverture de mon blog sur canalblog début 2007, transfert en un vrai site il y a 2 mois) : tant sur le type de cuisine / recettes, que sur les photos, ou l’état d’esprit dans lequel je faisais mon blog.

    Dans les jours qui ont suivi ton billet (et celui d’Enila), j’ai pris conscience de certaines choses (blog : le mien & celui des autres, mon style, mes buts…) que je n’avais pas vues venir & qui s’étaient inscrites malgré moi, au fil du temps.

    Ca m’a donc permis de faire une mise au point, de moi à moi, sur plusieurs points qui me paraissent essentiels.

    Alors, un simple « merci » pour cette avancée & ce travail sur moi-même ✿

  • [...] force est de constater, suite à l’article très intéressant écrit par Parigote sur son blog, et l’article d’Aline qui l’a suivi, que les questions que nous nous posons, [...]

  • Pich dit :

    Alors, je ne sais pas si mon commentaire va t’apporter grand-chose, vu le nombre impressionnant de commentaires au dessus!
    Je voulais juste dire que personnellement, j’adore tes photos, je les trouve magnifiques. Oui, mais. Je viens sur ton blog comme je vais sur des blogs de mode, pour voir de jolies photos, mignonnes-roses-lumineuses avec de la jolie vaisselle et des gourmandises à la mode. Et je n’y vois rien à critiquer, j’adore ça. Mais ce n’est absolument pas un blog de cuisine pour moi, en fait. En tout cas, je ne viens pas pour trouver de bonnes recettes, à vrai dire je les lis à peine. Peut-être quand je vois tout le soin accordé à la mise en scène, je me dis que je ne fais pas vraiment confiance à la recette derrière, parce que tu essaies surtout de montrer du beau, moins que du bon.
    J’ai vu un commentaire de loukoum au dessus : et bien justement, elle, elle pourrait faire des billets sans photo que je les lirai quand même intégralement. Et il n’y a jamais de recherche de mise en scène dans ses photos, rien que l’envie de montrer ce que ça donne si on suit la recette, « en vrai ».
    J’avoue qu’à un moment, sur mon blog, j’ai recherché cet esthétisme dans les photos, etc, et puis tout d’un coup, je me suis rendue compte que j’en avais marre, et que j’allais juste partager mes recettes simplement, pour ma famille et les quelques personnes qui me lisent (bon j’avoue qu’il était plus facile pour moi de délaisser l’esthétique de mon blog de cuisine puisqu’à ce moment, je me suis lancée dans l’illustration freelance).J’essaie toujours de mettre un ptit tissu liberty ou à pois sous mon assiette avant de prendre une photo, vite fait, mais c’est surtout parce que ma table est simplement affreuse!
    Je pense qu’à partir du moment où l’on sait prendre, techniquement, de très jolies photos, comme toi (ce que je ne sais absolument pas faire par exemple), elles seront vraiment belles si on y met de la sincérité et du coeur (ça fait un peu miss france, dis comme ça, non?). Oui, c’est plus facile de faire une photo sympa des derniers cupcakes à la mode que du ragout de sa grand-mère. Sauf que ce ragout, il représente quelque chose, il est porteur d’émotions, de sentiment, de sensations. De vrai. Et le parfait exemple du blog qui réussit à réunir technique et émotion vraie, pour moi, c’est celui de Garance (les cuisine de Garance). Là, je rêve devant les photos, et en même temps je lis toutes les recettes attentivement et j’ai envie de les réaliser. Parce qu’on voit qu’elles ont été mangées, appréciées, on peut même imaginer les conversations conviviales autour de la table. Donc, peut-être que tu manges et apprécie effectivement tout ce que tu présentes ici, mais ça ne ne sent pas, c’est presque comme si tout n’était préparé que pour la photo.
    Bref, pour moi ton blog est un très joli blog de photo culinaire, mais pas vraiment de cuisine.
    Et c’est dommage, parce qu’en relisant ton billet, on voit que tu aimes cette dimension de partage et de convivialité dans la cuisine. Essaie peut-être de laisser franchement tomber la technique pour un moment, et de regarder les photos des autres. C’est important pour progresser artistiquement, mais à un moment il faut savoir lâcher ça, pour se retourner vers soi. Tu aimes cuisiner? Cuisine. Pose ton plat sur la table, prêt à être goûté par les invités. Et prend une photo en passant. Elle ne sera certainement pas moche, tout ce que tu as appris auparavant reste là, dans ta tête et tes gestes, mais ce n’est pas un but en soi, juste un outil.
    Voilà ce n’est vraiment que mon ressenti, tu demandais justement des critiques alors je me suis dit que ça pouvait peut-être être utile :)

  • Il y a une semaine, j’ai lu vos articles, à toi et à Aline (d’ailleurs, je vais cross machin truc chez Aline aussi) et ils m’ont inspirés beaucoup de réflexions, à chaud, à tiède et maintenant à froid… ben je sais plus quoi dire !
    Ah si ça revient ! D’abord, il y a un an à peu près, Isabelle Rozembaum postait un article sur son blog dans lequel elle évoquait son manque de désir pour la photo culinaire de studio (http://www.oreille-culinaire.fr/2010/06/28/les-natures-mortes-sont-mortes-photographies/). Et à cette époque, son article a résonné en moi. Je me suis aperçue que j’étais moi aussi de moins en moins attirée par les photos des magazines, des blogs tendances, etc. Avant je ne loupais pas un numéro du magazine Saveurs, cette année j’ai dû en louper trois de suite sans m’en rendre compte !
    N’empêche que moi aussi, même si je n’use pas des artifices et des éclairages des studios, je suis quand même dans la mise en scène des recettes et que je fais des photos qui ressemblent à toutes les autres.
    J’ai encore du mal à définir ce qui fait qu’une photo culinaire va vraiment me plaire mais ce qui est sûr c’est que pour moi ça va au-delà du plat qui donne envie. Il y a le côté graphique, l’atmosphère, l’idée scénique, la lumière, … pas tout en même temps ! Par exemple, je suis transportée par les photos de Mathilde de l’Ecotais qui va au coeur de la matière pour en faire ressortir le graphisme. Dans un autre style, je suis scotchée par les idées des Minimiams qui mettent scène des ingrédients et des personnages miniatures. Mais c’est là qu’on en arrive à la distinction entre la photo culinaire d’illustration de recettes et la photo culinaire d’art.
    Pour en revenir à ton blog, je suis d’accord avec toi, ce n’est pas un blog de cuisine, c’est pas non plus un photoblog, pas non plus un blog à stats avec des pubs dans tous les coins !
    C’est ton blog et tu y publies ce que tu veux. Il reflète bien ta personnalité, tes états d’âme et c’est pour ça qu’on l’aime !
    Pour moi les choses ne sont pas plus claires, d’autant que j’ai une variable supplémentaire : je fais des photos pour des producteurs, des fabricants, des restaurateurs, des clients quoi, et que là, ton style ils en ont rien à battre. Ils veulent une photo à la mode qui mette bien en valeur leur produit point barre.
    En fait, je me retrouve avec la même problématique qu’en graphisme : quand tu as envie d’expérimenter d’autres pistes, les clients veulent le trucs à la mode du moment (voire de l’année dernière, ben ouais je suis en province). Alors quid du style à moins d’être vraiment reconnue et recherchée pour ton style.
    Alors, comment faire pour trouver son équilibre ?
    Je cherche encore mais voilà mes pistes et réflexions en vrac.
    Le boulot : je m’adapte aux goûts du client et si ça colle avec ce que j’ai envie de faire (sans parler de style parce que je ne pense pas en avoir) c’est la cerise sur le gâteau !
    Le blog : c’est un peu une vitrine, un lieu de rencontre, une zone de test. Une zone de frustration aussi pour tout ce que je voudrais faire sans y arriver.
    La photographie culinaire : je cherche mon style aussi. Je n’ai jamais été une grande fan de tout ce qui est girly, je suis plutôt du côté obscur. Le problème c’est qu’à force de regarder des photos culinaires qui sont des oeuvres d’art, la photo d’illustration me semble bien consensuelle !
    J’ai expérimenté le mouvement pour donner un peu de vie à la photographie culinaire et c’est une voie que j’ai envie de creuser… enfin y a plein de trucs que j’ai envie de creuser et c’est peut-être ça le problème.
    La planche en bois : je viens de finir un boulot d’édition pour lequel j’ai photographié une quarantaine de recettes sur fond bois. Je l’ai choisi parce que je trouvais que ça allait avec tout et que du coup ça me simplifiait la vie, en plus ça changeait de mon tableau noir mais maintenant, inutile de te dire qu’elle me sort par les trous de nez cette planche de bois !
    Pour conclure, je pense que les vacances sont propices aux remises en question et que ça fait du bien. Je suis actuellement en vacances et je m’éclate à tout prendre en photo avec mon Iphone, je me demande pourquoi j’ai emmené mon reflex !
    Profite bien de tes vacances, tu reviendras avec sinon un style, de nouvelles envies !

  • rosa dit :

    J’adore!!!
    I just founded your blog and je l’adore dejà!!!
    So gourmande! So chic! and yet elegant.

  • Jeanne-Sophie dit :

    Cela ne fait que quelques mois que je me suis lancée dans la folle aventure de bloguer et j’ai choisi le thème de la cuisine parceque c’est ma passion. Je cuisinais puis prenais une photo à la va-vite avant de passer à table.
    Depuis deux semaines je commence à comprendre l’importance de la photo. En réalité la photo est le seul moyen de partager le plat avec ceux qui ne peuvent pas le déguster en ma compagnie. Je veux leur faire envie bien évidemment mais également faire ressentir mes sentiments du moment pour ce plat.
    Je pense que la photo doit simplement refléter l’image et l’ambiance que l’on a de notre plat, de notre dessert. Les recettes changent avec nos envies et les photos aussi. Avoir un style unique c’est se mentir, c’est cacher nos sentiments.
    Un même plat mis en scène et photographié par un individu « A » à un moment « T » ne renverra absolument pas la même ambiance rephotographié par le même « A » à un moment « Tbis ». Nos photographies reflètes notre âme et cette dernière est changeante.
    Il y a quelques jours, j’ai proposé sur mon blog un petit jeu photo afin de comparer, sur la base d’une même recette simplissime, la vision photo de chacun. Je trouve l’exercice passionnant. Cela me ferait plaisir que tu acceptes d’y participer. http://www.jeanne-sophie-cuisine.com/article-moelleux-aux-marrons-de-julie-andrieu-80145063.html

  • marie dit :

    je viens de photographier et poster un plat en sauce. je suis comme toi je fais une overdose des plats à l’unité sucré, macarons et cakes…

  • Végébon dit :

    Merci pour cette saine réflexion (qui se lit très bien !). Novice en photo et stylisme culinaire, j’ai découvert il y a 1 an le blog de Cannelle et Vanille et été très impressionnée par ses belles photos. Quelle déception de découvrir ensuite que ce style était cloné dans de nombreux autres blogs ! A bas les photos « cute », pour moi l’important est de montrer au lecteur ce qui nous a plu dans la recette, pour qu’il ait envie de la recette.
    Le reste c’est du « eye candy », qui a peu de choses à voir avec la cuisine et le plaisir de manger.

    Peut-être qu’un moyen de trouver ton style est d’essayer de nous transmettre réellement l’émotion que tu ressens en regardant ton plat ? Personnellement je pensais que c’était ce que tu faisais déjà : tes photos toutes mignonnes correspondent bien avec l’idée que tu souhaites te détendre et voir la vie en rose grâce à tes séances de photo culinaire.

    En tout cas bonne recherche stylistique ! Photographie et blogue pour toi, pour ce que ça t’apporte, on s’en fiche des lecteurs (je dis ça pour ceux qui ne vivent pas de leur blog bien sûr ^^).

  • PHILO dit :

    Franchement j’adooooooooooooooore tes photos et aussi tes recettes que ce soit sur ce blog ou l’autre.
    Je trouve en effet que certains blogs ont vraiment le même style de photos à croire que derrière l’objectif c’est la même personne mais ça n’empêche que j’aime rêver devant ces photos et que j’aimerai en être à ce stade.
    Maintenant quand tu vois certains blogs avec des photos plus ou moins belles, j’aime repérer qui en est le photographe.
    Bref j’espère que tu continueras ton blog bien joli et même si il y a d’autres photos que du culinaire c’est toujours agréable à regarder.

  • Triskell dit :

    Avant d’être une viande, c’était un être vivant, pas étonnant qu’on ne trouve pas cela, à raison, photogénique !
    C’est un autre débat, passons.

    Perso, j’adore les belles photos et les belles scénographies, autant pour la nourriture que pour les petits moments du quotidien. J’adore qu’on me fasse rêver avec du beau, la vie est bien assez terne comme cela certains jours. Une recette de cuisine qui présente un gloubi-boulga beigeasse dans une assiette de supermarché avec le bout de Sopalin froissé à côté me fait zapper illico. Ce qui n’est pas le cas chez toi.
    Fidèlement tienne,
    T.

  • Claire dit :

    Bonjour et merci pour cet article qui m’a fait plaisir à lire ! Je blogue depuis 2008 avec passion, car les deux choses que j’aime le plus au monde sont cuisiner et écrire … m

  • Claire dit :

    Bonjour et merci pour cet article qui m’a fait plaisir à lire ! Je blogue depuis 2008 avec passion, car les deux choses que j’aime le plus au monde sont cuisiner et écrire … mais voila, je ne suis pas très douée pour la photo. Je dispose en plus d’un handicap majeur : mon petit appartement où la lumière du soleil ne rentre jamais. Quand j’ai lancé mon blog, une amie m’a dit l’air de rien « tu sais, ce qui compte le plus dans une recette, c’est la photo ».
    Je ne suis pas d’accord sur le fond (pour moi le plus important dans une recette c’est la recette, et certains de mes livres de cuisine préférés n’ont pas de photos) – mais je suis lucide et je sais que les belles photos attirent plus de lecteurs.
    En voyant la qualité des photos de certains blogs, je me dis aussi que je pourrais parfois rendre un meilleur hommage aux plats que j’ai mis si longtemps à préparer.
    C’est parfois tellement frustrant, après tout le temps passé à créer les recettes, les tester, les écrire, de voir que la médiocrité de la photo « gache » un peu le tout. C’est devenu ma bête noire, le fait de prendre une photo de mes recettes est devenu une souffrance car malgré le temps que j’y passe, ce n’est jamais terrible.
    C’est pour cela que je lis Culinographie avec attention, en espérant progresser même un peu, ce qui ne me fera pas de mal. Merci en tous les cas de ces réflexions, cela m’a fait du bien de suivre ton conseil et de réfléchir à pourquoi j’ai lancé le blog au départ : pour cuisiner et écrire ! Et au plaisir de se revoir un jour.

  • Isa-Marie dit :

    J’ai tout lu.
    J’adore tes photos et tes questionnements. Et sije papillonne volontiers de blog en blog, je trouve toujours le temps de m’attarder davantage sur les blogs qui créent une ambiance, à travers les photos, les textes, le quotidien. Je trouve admirable que dans cette diversité incroyable il y ait de vrais questionnements, de vraies bonnes idées, qu’on visite volontiers.
    Côté photos (et textes), de mon côté, je reste apprentie…
    Amicalement
    Isa-marie Grelinette

  • Agnès dit :

    Je viens de passer au moins 3 heures sur cet article, lu et relu, je suis allée voir les blogs de ceux qui ont commenté !!! C’est bon il est amorti !!!

    je réfléchis à ce problème depuis quelques temps déjà car je ne sais pas photographier et depuis que j’ai ouvert mon blog j’essaie d’apprendre et de faire ce que font les autres…et tout d’un coup : STOP mais tout le monde fait pareil ???????? je crois avoir comptabilisé toutes les recettes du dernier saveurs sauf une ou deux sont : planche, liberty, belle assiette lumière ultra-présente ….j’ adoooore ! mais STOP ! et maintenant je cherche…mon style ??? si je peux ….j’ai aimé cet article Bravo !
    P.S. vous écrivez très bien…

  • lilimarti dit :

    C’est grâce à twitter que je suis venue et revenue sur ton blog, et entre lire l’article et le relire + les commentaires…j’y suis depuis un moment…et justement moi je suis venue ici pour la « culinographie »;je blogue depuis peu,j’aime accompagner la raison de ma recette,j’aime écrire,j’aime bloguer dans le sens du partage je ne suis pas forcément douée pour la photo,j’essaie simplement de donner envie,de partager ce plat, de lire mon texte, jusqu’au bout, tant qu’à faire… et suis admirative de ceux et celles qui « savent mettre en scène »la recette, mais en même temps je suis un peu lasse de voir les mêmes styles, cadrages, flous…Alors pas de réponse particulière, mais ton article aura au moins eu le mérite de se poser beaucoup de questions,et je pense que l’essentiel est surtout de se faire plaisir!

  • [...] de recettes, le Lundi 05 septembre 2011 Avant de partir en vacances, je vous avais laissé avec un gros doute sur mes photos qui avait permis une réflexion très intéressante par-ci par-là. Je vous remercie [...]

  • Lavande dit :

    j’ai lu le pavé à sa sortie, mais j’ai perdu courage aujourd’hui sur les com’. Nous en avions déjà parlé : je me sers de mon APN comme de mon sèche cheveux : genre j’appuie sur le bouton et advienne que pourra.
    J’aime bien les jolies photos de cuisine mais à la longue ça me gonfle. Si le blog (et le blogueur) n’a pas l’âme de me retenir, je finis par ne plus descendre de netvibes pour voir pour de vrai.
    Bref tout ça pour dire, que le côté métaphysique de la beauté de la photo culinaire me dépasse un peu. La photo culinaire n’est pas ma passion, c’est la cuisine qui l’est. La photo est une illustration du fond (si on peut parler de fond en cuisine). J’ai ouvert mon blog pour écrire mes recettes pour mes gosses. Je crois remplir ce contrat que j’ai passé avec moi même depuis bientôt 5 ans. tant pis si mes photos sont merdiques, elle restent fidèles à mon idée du blog : bloguer pour soi (et les siens en l’occurence).
    Je sais, parce que nous en avons parlé, que la photo est une de tes passions. Peut être que finalement tu devrais vivre les deux passions cuisine et photo séparément, ça te collerait peut être au final moins de pression, non ?

  • NowMadNow dit :

    A quand la photo de cuisine trash? Un moelleux au chocolat insolent sur une poubelle de San Francisco? Un tempurah de betterave sur une bouche d’égout…?

    NowMadNow se pose des questions

  • Sarah dit :

    J’ai lu ton pavé (très en retard, ça faisait longtemps que je ne passais pas par ici), mais pas eu le courage de lire les comm…

    Je suis totalement d’accord avec toi, les photos culinaires deviennent des photos de déco et ton idée de prendre les plats dans une atmosphère, comme au cours d’un repas me semble intéressante, j’ai hâte de voir où tu en es de tes réflexions.

    Par contre niveau critique de la qualité de tes photos, j’aurais du mal, n’étant absolument pas douée en photo et pire que ça : ton blog pour moi est esthétiquement magnifique (désolée rien trouvé de négatif et pour mon 1er commentaire ici je vais pas me forcer non plus!) et je suis très étonnée que ton écriture, qui a l’air très fluide, soit aussi ardue à sortir! C’est toujours un plaisir de se promener par ici!

  • [...] dans Carnet de recettes, le Dimanche 13 novembre 2011 Oui, je sais. Il y a quelques mois, j’ai dit qu’il y aurait beaucoup plus de recettes salées sur ce blog, que j’en avais marre de [...]

  • julia dit :

    je me suis rendue compte que j’ai loupé ce superbe article! je suis tout a fait d’accord avec toi sur le fait qu’il faudrait que les blogs deviennent des espaces ouverts à la critique qui nous feraient d’avantage progresser! et puis j’ai partagé cette meme impression que toi, c’etait au concours d’oloron, car j’ai enfin eu les explications sur le pourquoi ma photo n’a pas été selectionné et c’est vrai que ça fait du bien de comprendre! aussi j’ai vraiment hate de voir ce que tu vas nous proposer à l’avenir, car je suis vraiment admirative de ton travail!

  • [...] ces vacances, depuis mon téléphone, j’ai lu un billet de Parigote (Carnets Parisiens) qui met le doigt sur le pourquoi elle photographie et ce qu’elle souhaite [...]

  • [...] semblerait que tous les étés, je sois dans la même remise en question par rapport à mon blog et mes photos ! Je suis toujours insatisfaite, je n’arrive pas à [...]

  • [...] je sais. Il y a quelques mois, j’ai dit qu’il y aurait beaucoup plus de recettes salées sur ce blog, que j’en avais marre de [...]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Copyright © 2000-2014 Carnets Parisiens All rights reserved.