Ce matin, j’ai fait ma connasse de parisienne

01.12.2009

Oui, j’avoue. Ce matin j’ai fait ma connasse de parisienne.

J’ai dégagé tout le monde sur mon passage telle Marie-Jo Pérec croisée avec Mike Tison afin d’atteindre le saint Graal : mon rer. J’ai fait ce que je méprise le plus chez cette catégorie humaine qu’on appelle « Les usagers des transports publiques parisiens » : j’ai fait ressortir mon animalité.

DSC_0004 copy

Oui parce que le métro ça vous rend animal. Grrrr ! Des exemples ?

Le mouton : enfin plus exactement le troupeau de moutons qui se masse sur les quais et dans les couloirs. Les moutons aiment bien les jours de grèves et la ligne 13. L’oeil vitreux, ils se laissent porter par le troupeau : ils rentrent et sortent des rames comme la mer et son ressac.

La hyène : celle qui est prête à bondir dès qu’un strapontin se libère. Elle est là, proche des banquettes, elle guette le moindre mouvement annonçant un départ prochain. Elle en a rien à foutre de te faire manger son sac dans la gueule : elle attend.

La grosse vache : celle qui va pas lever son gros cul de son strapontin alors que la rame est pleine à craquer. Moi, dans ces moments-là, je fais l’éléphant : j’écrase les pieds de ces vaches tranquillement assises. Un éléphant un peu vicieux d’ailleurs. Notez que j’utilise le féminin mais la grosse vache se conjugue aussi au masculin : le mec bien assis qui fait semblant de ne pas avoir vu la femme enceinte de 8 mois. Et le papy avec sa canne, j’en parle même pas !

Donc ce matin, j’ai fait un mixe entre la panthère (j’ai couru plus vite que mon ombre portée par les maracas du groupe mexicain qui joue dès 7h45 du matin à la station Nation que même pas tu comprends pourquoi ils sont là à te faire chier les oreilles tous les matins mais bref) et le rhinocéros (dégage de mon passage sinon je t’encorne).

Voilà, j’ai fait ma connasse de parisienne. Je sais c’est pathétique. Mais moins quand même que le mec juste devant moi qui hurlait en plus « Mais, dégagez bordel !! ». Pour info, ça ne marche pas de demander aux gens de se pousser. Cf. Les moutons. Et les moutons c’est un peu con con, excusez du peu.

Mais pour ma défense, je devais prendre ce rer : question de vie ou de mort. Si je le loupe, je loupe mon bus et le prochain bus ne passe qu’une heure après. Paye ta vie de galérien d’usager.

DSC_0052 copy

Rendez-vous sur Hellocoton !
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...
  1. Camille

    je pense que tu as bien fait.
    le métro parisien n’est pas fait pour être agréable, je crois bien… et même si tu tentes de ne pas être animale, ça finit toujours par se retourner contre toi.
    donc….
    (quelle vision pessimiste du métro.)(je ne prends plus le métro, par bonheur.)

    Répondre
  2. peggy

    C’est exactement ce qui me terrifie ici! la pratique des transports en commun tend à transformer l’être le plus zen en bête sauvage aux instincts primitifs. Et dire qu’ils appellent ça la civilisation :p

    Répondre
  3. BM

    YES ! j’adore ! Moi je peux pas faire ma connasse y’a plus de RER z’ont fermés les grilles…Et le un sur 2 c’est même pas en rêve….Grosse fatigue
    enfin il neige !!! c’est nowellll!

    Répondre
  4. Palaisdeslys

    J’aime bien ta photographie du zoo qu’est le métro parisien aux heures de pointe, le bus c’est un peu le genre en forme maison de retraite, remarque un zoo maison de retraite, il faudrait y penser! Au passage je découvre ton blog et je trouve les recettes qui le jalonnent très sympas et appétissantes!

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *